Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a dénoncé la "décadence du capitalisme" mercredi à Cuba. Il s'agit de la troisième étape d'une tournée latino-américaine dans un contexte de tensions avec l'Occident autour de son programme atomique.

"Nous devons nous tenir éveillés, en alerte, si nous ne préparons pas nous-mêmes le nouvel ordre du monde, ce sont les héritiers des esclavagistes et les capitalistes qui nous imposeront un nouveau système", a dit le président lors d'une conférence à l'université de La Havane, au cours de laquelle il n'a pas abordé le problème du programme nucléaire de son pays.

M. Ahmadinejad devait s'entretenir avec le président Raul Castro en fin d'après-midi. Des médias iraniens ont évoqué une possible entrevue avec Fidel Castro, 85 ans, éloigné du pouvoir pour raisons de santé depuis 2006, mais aucune confirmation n'a été apportée côté cubain.

Quête de soutiens

Soumis à d'intenses pressions de la part des puissances occidentales en raison de ce programme atomique, M. Ahmadinejad effectue depuis lundi une tournée dans quatre pays latino-américains considérés comme étant hostiles aux Etats-Unis. Il est en quête de soutiens.

Mahmoud Ahmadinejad est arrivé en provenance du Nicaragua où il a obtenu l'appui du président Daniel Ortega, pour qui "les pays ont le droit de développer l'énergie atomique", après celui de son "frère" vénézuélien, Hugo Chavez. Il devait se rendre jeudi en Equateur, ultime étape de sa tournée régionale.

De leur côté, les Etats-Unis ont obtenu du Japon un soutien aux sanctions américaines contre la République islamique. Lors d'une visite à Tokyo du secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, le ministre des Finances japonais Jun Azumi a promis de prendre des actions concrètes pour réduire "de manière planifiée" la part de l'Iran dans ses importations de pétrole, actuellement de 10%.

Les tensions autour du Golfe se sont encore accentuées mercredi après la mort d'un responsable du nucléaire iranien, Mostafa Ahmadi Roshan, tué dans l'explosion d'une bombe magnétique placée par un motard sur sa voiture.

ATS