Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les premières passes d'armes ont commencé au Conseil national au sujet du premier volet de la 6e révision de l'assurance invalidité (AI). Les attaques de la gauche contre ce projet prévoyant la suppression des rentes à plus de 16'000 personnes d'ici 2018 sont restées vaines.
La Chambre du peuple a abordé un des points-clé de la réforme, soit l'obligation pour les grandes entreprises d'employer 1% de personnes handicapées. Mais le vote sur ce quota vivement conspué par la droite et le conseiller fédéral Didier Burkhalter a été reporté à jeudi.
Jusqu'ici, la majorité a suivi fidèlement la ligne tracée par la commission préparatoire. Par 121 voix contre 46, elle a refusé une proposition de non-entrée en matière du camp rose-vert. Une tentative de renvoyer le projet au Conseil fédéral avec pour mission de restreindre la portée des suppressions de rentes a aussi fait chou blanc.
Cette révision va pousser des milliers de personnes à devoir quémander à l'aide sociale, a critiqué Katharina Prelicz-Huber (Verts/ZH). Il ne suffit pas de prôner la réintégration des personnes invalides pour qu'elles retrouvent un emploi, selon elle.
Stéphane Rossini (PS/VS) a qualifié la réforme de "vaste programme d'exclusion économique et sociale". Cette révision inscrit le principe de la discrimination pour toutes les personnes souffrant d'une pathologie peu claire, a-t-il dénoncé.
Eponger les dettes
Pas question de faire marche arrière, ont rétorqué les orateurs bourgeois. Le peuple, à qui on a promis un assainissement de l'AI s'il acceptait une hausse de la TVA de 2011 à 2017, se sentirait trompé, selon Ruth Humbel (PDC/AG). Malgré ce financement additionnel, il restera environ un milliard de dettes à éponger dès 2018.
D'ailleurs, la révision devrait aller encore plus loin, a jugé Toni Bortoluzzi (UDC/ZH). Le premier volet de la 6e révision de l'AI, déjà approuvé par le Conseil des Etats, vise à économiser quelque 500 millions de francs par année.
Les prestations en cours devraient faire l'objet d'un réexamen systématique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS