Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La chanteuse Alanis Morissette a connu la gloire dans les années 1990 (archives).

KEYSTONE/AP Invision/Victoria Will

(sda-ats)

La chanteuse canadienne Alanis Morissette a porté plainte contre son ancien gestionnaire de fortune qu'elle accuse de lui avoir volé 4,7 millions de dollars. Elle affirme également qu'il lui a fait perdre au total 15 millions de dollars.

L'homme aurait fait, à son insu, au moins 116 virements depuis ses comptes d'épargne pour un montant de 4'767'900 dollars entre 2010 et 2014. Il lui aurait fait croire que ses économies étaient dans un état "fantastique", alors qu'en réalité, ces opérations "vidaient son capital et auraient pu la conduire vers la ruine", affirme la chanteuse dans sa plainte déposée mardi à Los Angeles où elle réside.

Elle précise qu'elle voulait alors vivre de ses revenus sans puiser dans ses économies et qu'elle avait donné pour instruction à son manager de ne pas toucher à ses investissements.

Nouveau comptable

Elle aurait encore décliné un contrat "lucratif" de cinq concerts à Las Vegas sur les conseils de son comptable qui l'aurait convaincue qu'elle n'avait pas besoin d'argent.

La chanteuse, de plus en plus méfiante, avait fini par le renvoyer en mars dernier. C'est son nouveau comptable qui a découvert le vol présumé. Interrogé sur ces opérations suspectes, l'ancien manager était même allé jusqu'à dire que la chanteuse avait investi dans le marché du cannabis.

Alanis Morissette a également porté plainte contre la société pour laquelle travaillait son comptable, GSO Business Management. Cette dernière a à son tour porté plainte contre le manager.

GSO Management affirme que l'homme menait "grand train" avec des vacances à 50'000 dollars sur l'île de Bora Bora, une dette de 75'000 dollars dans un casino aux Bahamas et d'importants arriérés d'impôts.

Alanis Morissette a connu la gloire dans les années 1990 sur la scène rock.

ATS