Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Restaurants et clubs ne peuvent pas faire étalage des prix uniques et bon marché de leurs boissons appliqués certains soirs. Selon le Tribunal administratif fédéral (TAF), ils contreviendraient alors à l'interdiction de la publicité pour les alcools forts à bas prix.
Un club saint-gallois a lancé le "Schnägge-Fritig" ("schnapps du vendredi"). Par voie d'affiches, sur la page d'accueil du son site internet et à la radio, le club annonçait que chaque vendredi soir, "presque toutes les boissons" étaient vendues à cinq francs.
La Régie fédérale des alcools (RFA) a interdit en octobre dernier ce type de publicité. Elle avait conclu que cette pratique violait l'interdiction de la promotion d'alcools forts bon marché.
Le TAF a donc confirmé cette interdiction et rejeté le recours du club. Le tribunal a argué que le consommateur comprenait que l'offre se rapportait à des alcools forts, même formulée par "presque toutes les boissons".
Le fait que les spiritueux et Alcopops ne soient pas tous proposés à cinq francs est secondaire, pour le TAF. Le consommateur comprend forcément que ces prix uniques et bas constituent un avantage. De plus, il n'est pas assuré que le club vende le reste du temps ses alcools au prix "normal".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS