Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La compagnie aérienne Alitalia se débat toujours pour assurer sa survie (archives).

KEYSTONE/AP/LUCA BRUNO

(sda-ats)

Les entreprises souhaitant déposer une offre contraignante pour la reprise totale ou partielle de la compagnie aérienne en difficulté Alitalia auront jusqu'au 2 octobre pour le faire, selon l'appel à manifestation d'intérêts publié mardi dans la presse italienne.

Une éventuelle phase de négociation et/ou d'amélioration des offres contraignantes est prévue ensuite jusqu'au 5 novembre. Alitalia sera vendue en bloc ou en deux lots séparés, "l'aviation" et les activités de "handling" (services au sol).

L'appel à manifestation d'intérêts précise que "seront préférées" les offres portant sur la totalité d'Alitalia.

Pour le bloc unique ou l'aviation, des entreprises seules ou en alliance ayant réalisé dans les trois dernières années un chiffre d'affaires annuel brut moyen d'au moins un milliard d'euros (1,14 milliard de francs) ou ayant conclu le dernier exercice avec un patrimoine net d'au moins 250 millions peuvent présenter des offres.

Pour les seules activités "handling", les exigences sont de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires ou 25 millions de patrimoine net. Une dizaine d'offres non liantes avaient été déposées, selon les médias italiens.

Des candidats

Ryanair a fait savoir qu'il avait déposé une offre. Parmi les autres compagnies l'ayant fait, selon la presse italienne, figureraient Easyjet, Etihad Airways (actionnaire à hauteur de 49% d'Alitalia), Delta Airlines en alliance avec Air France-KLM ou encore Lufthansa.

Alitalia, qui accumule les pertes depuis des années, a été placée sous tutelle le 2 mai, à la demande de ses actionnaires, à la suite du rejet par le personnel d'un plan de restructuration prévoyant 1700 suppressions d'emplois.

Le gouvernement, qui a exclu toute nationalisation, cherche désormais un ou des repreneurs, afin d'éviter la liquidation de la compagnie.

Alitalia bénéficie d'un prêt relais de 600 millions d'euros - versé en plusieurs tranches par l'Etat italien - pour pouvoir continuer à voler jusqu'à la fin du processus de vente. Le gouvernement n'a pas exclu de prolonger ce prêt si le processus prenait plus de temps.

ATS