Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A 16 mois des législatives allemandes, les conservateurs d'Angela Merkel ont connu un nouveau revers lors du scrutin régional test de Rhénanie du nord-Westphalie. Les socio-démocrates, opposition fédérale rejetant la politique d'austérité de la chancelière, gagnent près de 4 points par rapport à 2010.

L'Union démocrate-chrétienne (CDU) d'Angela Merkel a elle perdu environ 9 points comparé à l'année dernière, à 25,7% lors des législatives de ce Land, le plus peuplé d'Allemagne avec 18 millions d'habitants.

Cette débâcle des conservateurs sonne comme un avertissement pour la chancelière, au pouvoir depuis 2005 et réélue en 2009. Et ce, même si cette région, dominée par les villes de Düsseldorf et Cologne, est un bastion historique de la gauche.

Une semaine après que les électeurs en Grèce et en France ont montré qu'ils ne voulaient plus de politique d'austérité, les Allemands de Rhénanie du Nord-Westphalie ont porté leurs suffrages vers le SPD, critique de la politique rigoureuse de Mme Merkel.

Une défaite cinglante

Emmené par la dirigeante sortante de la Région, Hannelore Kraft, le SPD a obtenu 38,2% des suffrages, soit 3,7 points de plus qu'en 2010, selon des estimations. "Quelle belle soirée", a lancé Mme Kraft, qui jouit d'une forte cote de popularité. "C'est une défaite cinglante pour Angela Merkel et la CDU", a commenté la secrétaire générale du SPD, Andrea Nahles.

Le chef de file de la CDU dans cette région, le ministre fédéral de l'Environnement, Norbert Röttgen, a résumé: "Cette défaite est amère, claire et elle fait très mal".

M. Röttgen a annoncé dans la foulée sa démission de la direction de la CDU régionale. "Ce résultat dépasse nos craintes de loin", a également reconnu l'un des hauts responsables du parti, Peter Altmeier.

ATS