Navigation

Allemagne: le moral des entrepreneurs stagne en février (IFO)

Ces chiffres, "certes encourageants", ne sont "qu'un coup d'oeil dans le rétroviseur" selon un économiste à la banque LBBW (archives). KEYSTONE/DPA/CHRISTIAN CHARISIUS sda-ats
Ce contenu a été publié le 24 février 2020 - 11:08
(Keystone-ATS)

Le moral des entrepreneurs allemands a stagné en février, gagnant tout juste 0,1% en un mois, dans un contexte de craintes concernant les effets du nouveau coronavirus sur l'économie allemande.

L'indicateur, basé sur un sondage mensuel effectué auprès de 9000 entreprises allemandes, et qui donne un avant-goût de l'activité économique, ressort à 96,1 points en février.

Il augmente de 0,1 point par rapport à la valeur du mois de janvier, corrigée à 96,0 points, contre 95,9 points annoncé dans un premier temps par l'IFO.

Les analystes cités par le service financier Factset tablaient sur une légère baisse à 95,9 points.

Cette stagnation intervient après une légère baisse en janvier, qui avait mis fin à trois mois de hausse.

Ces chiffres, "certes encourageants", ne sont "qu'un coup d'oeil dans le rétroviseur" et ne "nous disent rien sur les perspectives économiques futures", alors que la crise du coronavirus s'est amplifiée ces derniers jours et menace la croissance allemande, estime Jens-Olivier Niklasch, économiste à la banque LBBW.

Les attentes des entrepreneurs pour le mois à venir, une composante du baromètre, ont remonté à 93,4, contre 92,9 points en janvier.

L'évaluation de la situation actuelle a légèrement baissé, atteignant 98,9 points, contre 99,2 en janvier.

L'industrie manufacturière continue de voir son indice augmenter, passant de -1,6 point à -1,3 point, après une forte hausse en janvier.

Le moral des commerçants diminue, passant de 2,2 points à 1,0 point.

Côté services, on observe également une baisse, de 18,8 à 17,3 points.

Après avoir souffert pendant l'année 2019 des tensions commerciales internationales, l'industrie exportatrice, pilier de l'économie allemande, avait connu un regain d'optimisme grâce à l'accord sino-américain et la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union Européenne.

Mais l'arrivée de l'épidémie du nouveau coronavirus en décembre, qui va en s'amplifiant ces derniers jours, ralentit fortement le commerce international et la croissance mondiale.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article