Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les électeurs du Land du Bade-Wurtemberg, dans le sud de l'Allemagne, ont approuvé dimanche par référendum le projet de grande gare au coeur de Stuttgart. "Stuttgart 21" a été soutenu par 58,8% des votants. Les travaux devraient durer jusqu'en 2019.

A l'annonce des résultats, les partisans de la future infrastructure ferroviaire ont jubilé aux cris de "Continuons à construire". De son côté, le ministre-président du Land, Winfried Kretschmann, un Vert, a jugé qu'il "fallait accepter ce vote. Il s'est dit "un peu surpris" par le résultat, tout en saluant un "beau jour pour la démocratie".

Des milliers d'habitants s'étaient opposés, il y a un an, à cette grande gare, qui s'intègrera dans un réseau de trains à grande vitesse reliant le sud de l'Allemagne à la France et à l'Autriche.

Le budget de ce projet s'élève à un montant de 4,5 milliards d'euros (environ 5,5 milliards de francs).

Conséquences en Suisse

En dénonçant "Stuttgart 21", les Verts avaient réussi une percée aux élections régionales de mars dernier et hissé, pour la première fois dans leur histoire, un ministre-président à la tête d'un Land en Allemagne, en l'occurrence M. Kretschmann.

Autre opposant à ce chantier, le ministre des transports du Bade-Wurtemberg, Winfried Hermann, un autre Vert, a, lui, estimé l'été dernier que si l'Etat allemand utilise des milliards pour le projet "Stuttgart 21", il lui manquera de l'argent ailleurs.

Le résultat de dimanche pourrait donc avoir des conséquences en Suisse si les moyens financiers devaient être limités, outre-Rhin, pour terminer les raccordements ferroviaires allemands aux Nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes (NLFA).

ATS