Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

UBS aiderait les fraudeurs allemands à transférer leurs avoirs de la Suisse vers Singapour, selon le "Financial Times Deutschland". Le journal a eu accès aux renseignements contenus dans les CD achetés par les autorités fiscales de Rhénanie du Nord/Westphalie. Son ministre des finances a défendu vendredi ces achats.

Selon le quotidien allemand, citant des sources proches du ministère des Finances de Rhénanie du Nord-Westphalie, des banques suisses, dont UBS, auraient transféré l'argent de fraudeurs allemands vers des pays d'Extrême-Orient, dont Singapour.

Le ministre des finances SPD de Rhénanie du Nord-Westphalie Norbert Walter-Borjans a confirmé au quotidien que le fisc détenait des renseignements selon lesquels les banques suisses transfèreraient en Extrême-Orient les avoirs de leurs clients allemands.

UBS nie

La grande banque rejette ces accusations. "UBS ne soutient pas la soustraction fiscale", a déclaré à l'ats le porte-parole Yves Kaufmann. En outre, on n'a pas constaté un flux d'argent en hausse de la Suisse vers Singapour, a ajouté M. Kaufmann.

Aucune hausse des demandes de transferts d'avoirs dans d'autres régions n'a été remarquée depuis l'annonce d'un accord fiscal avec l'Allemagne, a ajouté UBS dans une prise de position.

Plaidoyer pour l'achat de CD

Norbert Walter-Borjans a par ailleurs défendu les achats récurrents et contestés de CD contenant les noms d'Allemands censés avoir fraudé le fisc via des banques en Suisse.

Pendant des années, il a été impossible d'empêcher la fraude fiscale, ce "préjudice au bien commun", a déclaré le social-démocrate. Il est désormais possible de réagir à "ces délits" dès que les employés de banques proposent des informations aux autorités, estime-t-il.

Ces CD sont un "élément très important" pour les enquêtes de fraude fiscale, a-t-il expliqué. Il a ajouté qu'il y avait des enquêtes visant des banques suisses et leurs collaborateurs.

Les accords fiscaux entre la Suisse et l'Allemagne forment la toile de fond de l'affrontement à propos des données volées aux banques suisses. Ces accords doivent entrer en vigueur en 2013. Les deux chambres du parlement allemand doivent toutefois les approuver au préalable.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS