Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après les entreprises, au tour des familles de profiter d'exonérations fiscales. Fort de cette devise, le PDC a présenté vendredi son initiative "Aider les familles !" qui sera soumise au peuple le 8 mars. Un million de foyers en profiteront, selon les initiants.

Le texte demande l'exonération fiscale des allocations pour enfants et de celles octroyées pour la formation professionnelle. "Cette initiative propose une solution simple et c'est un investissement important pour l'avenir", a souligné le président du PDC Christophe Darbellay.

En Suisse, trois quarts des enfants vivent dans des familles dotées d'un revenu imposable inférieur à 100'000 francs. Ces familles ont besoin d'aide maintenant sans attendre.

Parce que les allocations versées aux parents s'ajoutent au revenu imposable. Cet élément fait souvent passer le contribuable dans une classe d'imposition supérieure avec des impôts plus élevés à la clé. Avec une exemption d'impôts, un million de familles avec enfant(s) sur les 1,15 million que totalise le pays en profiteraient directement.

Ponction de 20 %

Actuellement, le PDC évalue à au moins 20 % la part des allocations qui se retrouvent immédiatement dans les caisses de la Confédération, des cantons et des communes. En chiffres, sur les 5 milliards de francs annuels octroyés aux parents, un milliard retourne à l'Etat, a dénoncé le président du PDC.

Il faut mettre un terme à l'appropriation injustifiée de l'argent des parents. La loi a en effet voulu que les employeurs qui financent ces allocations aident les familles avec des charges plus lourdes que celles sans enfants. Il n'est dès lors pas normal que l'Etat accapare à nouveau ces montants.

Contrairement à ce qu'affirment les opposants, les familles modestes seraient également gagnantes. D'une part, elles payeraient moins d'impôts, mais elles se verraient aussi accorder plus facilement les subsides pour les primes d'assurance maladie et des tarifs moins élevés pour les places de crèche ou les bourses d'études.

Un geste pour la classe moyenne

La classe moyenne, souvent la grande oubliée des mesures de soutien, en profiterait avant tout. Il faut éviter que toujours plus de personnes issues de ce milieu tombent dans le filet de l'aide sociale.

Sur les pertes fiscales pour l'Etat, mises en avant par les opposants, le PDC réplique qu'en exonérant les bénéficiaires de l'impôt sur les allocations enfants et formation, leur pouvoir d'achat est augmenté, un élément essentiel à l'économie du pays. Une perte de rentrées fiscales d'un milliard de francs lui semble par ailleurs gérable.

Soutien de l'UDC en vue

L'initiative PDC a le soutien des Evangéliques, de l'Union démocratique fédérale (UDF) et de Pro Familia Suisse. Les élus UDC du Parlement avaient voté contre l'an dernier mais beaucoup ont depuis changé d'avis. Le mot d'ordre du parti doit tomber samedi. Vendredi soir, le comité a recommandé d'accepter l'initiative. Certaines sections cantonales ont déjà recommandé le oui.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS