Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alpiq a plongé dans les chiffres rouges l'an dernier suite à d'importantes corrections de valeur. Le numéro un suisse de l'énergie a accusé une perte de 1,35 milliard de francs, contre un bénéfice consolidé de 645 millions en 2010.

Alpiq a été contraint de procéder à de nombreuses corrections de valeur, des amortissements extraordinaires et des provisions à hauteur de 1,7 milliard de francs, a-t-il indiqué dans un communiqué. Sans ces éléments exceptionnels, le bénéfice net ressort à 258 millions, en repli de 60%.

La situation sur les marchés énergétiques et l'appréciation du franc ont eu un impact majeur sur le résultat opérationnel, explique le groupe. L'évolution négative enregistrée en début d'exercice s'est encore accélérée au deuxième semestre, précise-t-il.

Vaste restructuration

Afin de redresser sa rentabilité, Alpiq a lancé fin 2011 un vaste programme de restructuration, se traduisant par la suppression de 450 emplois, dont 170 en Suisse. Le programme vise des économies de 100 millions de francs. Le groupe avait dit s'attendre à enregistrer une perte nette au moment de l'annonce des mesures de réduction des coûts en novembre.

Alpiq entend réduit son endettement de l'ordre de 1,5 à 2 milliards de francs d'ici 2014. L'objectif se concrétisera via un redimensionnement des investissements et une cession d'actifs.

A l'instar des autres fournisseurs d'énergie en Suisse, Alpiq a été confronté à des conditions de marché défavorables, marquées par les coûts élevés pour le combustible, les bas prix de l'électricité et des surcapacités de production.

Phase difficile

Il ne s'agit pas de la seule entreprise du secteur à traverser une phase difficile. Le groupe zurichois Axpo s'apprête à tracer 140 emplois, alors que son bénéfice net a chuté de 89% à 45 millions de francs au terme de l'exercice 2010/2011 (clos fin septembre). Le groupe bernois BKW a lui annoncé la suppression de 255 emplois.

ATS