Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'étudiante américaine Amanda Knox, acquittée lundi du meurtre de sa colocataire britannique Meredith Kercher, s'est envolée mardi midi pour les Etats-Unis. Alors que la famille de la victime reste sans réponse, le parquet a décidé de se pourvoir en cassation.

"Nous allons déposer un recours", a dit à Reuters le procureur Giuliano Mignini. "Nous ne savons pas si les prévenus ont été acquittés parce qu'ils n'ont pas commis les faits ou en raison d'éléments contradictoires dans les débats ou encore pour d'autres raisons qui n'ont pas été fournies", a-t-il ajouté.

Le parquet ne pourra pas se pourvoir officiellement en cassation tant que la cour d'appel n'aura pas exposé les motivations de son verdict, ce qui peut prendre plusieurs mois.

Procès par contumace

Si le recours est jugé recevable, un nouveau procès pourrait avoir lieu en 2013, probablement à Florence. Mais il se tiendrait par contumace, puisque les Etats-Unis n'extradent habituellement pas leurs citoyens poursuivis à l'étranger.

Condamnée en première instance à 26 ans de prison pour le meurtre de sa colocataire lors de jeux érotiques, Amanda Knox, étudiante de 24 ans originaire de Seattle, a été acquittée en appel mardi et remise en liberté. Son compagnon de l'époque, l'Italien Raffaele Sollecito, a lui aussi été acquitté après une condamnation en première instance à 25 ans d'emprisonnement.

"Pas de rancoeur"

Amanda Knox a quitté l'Italie mardi à bord d'un avion à destination de Londres où elle est arrivée en début d'après-midi, en compagnie de sa famille. Elle devait ensuite prendre une correspondance vers Seattle.

Pour échapper aux médias à l'affût de la moindre image d'elle, la jeune femme a attendu son vol dans les bureaux de la police judiciaire de l'aéroport romain après une première nuit de liberté à Rome dans un lieu secret.

Selon le secrétaire de la Fondation Italie-Etats-Unis, Corrado Maria Daclon qui a été le dernier à la saluer, "Amanda, malgré l'acharnement contre elle, m'a dit qu'elle n'éprouve pas de rancoeur", "ses derniers mots ont été d'une personne positive, fatiguée mais confiante qui regarde seulement vers l'avenir".

ATS