Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nick Kyrgios a été condamné à 10'000 dollars d'amende et privé de sa prime de participation au 1er tour du Masters 1000 de Shanghai, d'un montant de 21'085 dollars, pour comportement antisportif.

L'Australien avait brusquement quitté le court face Steve Johnson mercredi, sans explication immédiate. Dans le jeu décisif du premier set, Kyrgios avait été pris à partie par un spectateur. Il avait alors invectivé l'arbitre pour qu'il remette le spectateur à sa place, et avait fini par écoper d'un point de pénalité. Hors de lui, l'enfant terrible du tennis australien avait attendu la fin du tie-break pour se diriger vers le filet pour serrer la main de Johnson, surpris, puis celle de l'arbitre, avant de ramasser ses affaires et quitter le court sous les sifflets.

"J'ai un problème intestinal depuis hier (lundi), j'ai essayé de passer outre mais c'était vraiment difficile sur le court aujourd'hui. Je pense que c'était assez évident dès le premier point", a écrit ensuite le 21e joueur mondial, en guise d'explication, sur son compte Twitter.

"En plus, j'ai commencé à souffrir de l'épaule, ce qui n'a par ailleurs pas aidé", a-t-il ajouté, confirmant ainsi les déclarations d'un membre de son équipe qui avait indiqué juste après le match à l'AFP que son départ surprise était dû à une blessure à une épaule. Ses explications n'ont toutefois pas convaincu les responsables de l'ATP.

Kyrgios est coutumier des emportements sur le court. Dimanche dernier par exemple, lors de la finale à Pékin (perdue face à Rafale Nadal), il s'en était pris vivement à l'arbitre, à l'issue d'un point jugé discutable.

L'an dernier, il avait déjà fait des siennes à Shanghai, sanctionné après une altercation avec un spectateur et après avoir été rappelé à l'ordre par l'arbitre pour manque d'investissement dans le jeu face à Mischa Zverev. A la suite de cet incident, il avait ensuite été suspendu huit semaines par l'ATP.

Parmi ses autres frasques, on rappellera aussi que le "bad boy" avait provoqué Stan Wawrinka à Montréal en 2015, en faisant une allusion très désobligeante et insolente au sujet de sa compagne.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS