Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une peine de 5000 euros d'amende et un an de suspension de permis de conduire ont été requis mardi contre Benoît Magimel. L'acteur français était poursuivi pour usage de stupéfiants et blessures involontaires après avoir renversé une piétonne à Paris mi-mars.

"Cela me paraît constituer un avertissement important pour M. Magimel", a commenté le procureur du tribunal correctionnel de la capitale française. Le magistrat a en revanche demandé la relaxe pour le délit de fuite pour lequel le comédien était également poursuivi. Le tribunal doit rendre son jugement le 24 mai.

Les faits s'étaient déroulés le 11 mars, dans le quartier huppé du XVIe arrondissement de Paris. Le comédien conduisait un véhicule de location lorsqu'il a renversé une femme de 62 ans en effectuant une marche arrière.

L'acteur était sorti de la voiture pour s'enquérir de l'état de santé de la victime, avant de partir se garer, puis de revenir jusqu'à l'arrivée des pompiers.

"Il est descendu, il s'est inquiété. Un témoin dit que M. Magimel dit qu'il avait l'air embarrassé. Il est parti puis il est revenu, il prend contact avec les pompiers: l'ensemble plaide pour une relaxe" du délit de fuite, a considéré le procureur, en écartant ainsi la charge la plus infamante imputée au comédien.

"Oui, j'ai fait une erreur"

"Oui, j'ai fait une erreur. Oui, j'ai commis une imprudence", a reconnu à la barre Benoît Magimel, qui était rentré chez lui avant l'arrivée de la police sur les lieux de l'accident. Le comédien s'était présenté trois heures plus tard au commissariat. Placé en garde à vue, il avait été contrôlé positif à la cocaïne et l'héroïne.

"Quand je suis rentré chez moi, suite à ça, cette pression, cette grosse émotion, j'ai consommé quelque chose que j'avais chez moi", a expliqué à la barre l'acteur, qui a indiqué être membre des narcotiques anonymes et suivre une psychothérapie.

La victime, sexagénaire, s'était vue reconnaître cinq jours d'incapacité totale de travail pour diverses abrasions et hématomes.

ATS