Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La chancelière allemande Angela Merkel a rendu hommage aux Roms victimes de l'Holocauste. Elle a inauguré mercredi un monument à leur mémoire à Berlin. Elle a également promis de les défendre aujourd'hui face aux discriminations en Europe.

"Ce monument nous rappelle un peuple trop longtemps oublié. (...) L'hommage aux victimes comprend aussi une promesse, celle de protéger une minorité, un devoir pour aujourd'hui et demain", a déclaré Mme Merkel devant des survivants roms des camps de concentration, leurs familles, et des élus allemands.

"Les Roms souffrent encore de discrimination et de rejet, ils doivent aujourd'hui encore se battre pour leurs droits. C'est le devoir de l'Allemagne et de l'Europe de les soutenir", a expliqué la chancelière, plus de 65 ans après l'Holocauste.

Ces paroles répondaient à celles prononcées avant par un Rom rescapé de l'Holocauste, dont la famille a été décimée par les nazis. "C'est comme si l'on n'avait presque rien appris de l'Histoire. Sinon on agirait maintenant autrement avec nous". Il a appelé les gouvernements des 27 pays de l'UE à prendre leurs responsabilités pour l'intégration des Roms.

Au centre de la capitale

Situé face au Parlement allemand le mémorial aux Sinti et Roms, conçu par l'artiste israélien Dani Karavan, est constitué d'un puits avec au centre une stèle sur laquelle sera déposée chaque jour une fleur fraîchement cueillie.

Financé par le gouvernement allemand pour 2,8 millions d'euros, le monument est installé près de celui consacré aux victimes de la Shoah et de celui dédié aux homosexuels tués par les nazis.

Les Roms constituent aujourd'hui la plus grande et la plus pauvre minorité ethnique d'Europe. Entre 10 et 12 millions d'entre eux vivent sur le continent européen, dont six millions dans l'UE.

Ils luttent pour la reconnaissance d'un "génocide oublié", le "Samudaripen": près de 500'000 Sinti et Roms d'Europe, considérés comme "racialement inférieurs", furent massacrés sous le IIIe Reich. Environ 20'000 d'entre eux périrent dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS