Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Angelina Jolie s'est séparée de Brad Pitt en septembre 2016 après deux ans de mariage (archives).

KEYSTONE/AP Invision/JORDAN STRAUSS

(sda-ats)

Depuis l'annonce de son divorce avec Brad Pitt, l'actrice américaine Angelina Jolie essaye d'être une "femme au foyer" exemplaire. Elle n'a aucun projet de film en cours, a-t-elle expliqué dans un entretien publié mercredi par le site du magazine "Vanity Fair".

"Depuis neuf mois, j'essaye d'être bonne dans le rôle de femme au foyer, à ramasser les crottes de chien, faire la vaisselle et lire des histoires le soir", déclare-t-elle, "et je progresse dans les trois domaines."

Couple mythique de Hollywood, Angelina Jolie et Brad Pitt ont annoncé leur séparation en septembre 2016, après deux ans de mariage et onze années ensemble. Ils sont parents de six enfants, dont trois biologiques.

"Les choses allaient mal"

L'actrice oscarisée en 2000 évoque très peu ce divorce, reconnaissant néanmoins qu'à l'été 2016, "les choses allaient mal" entre eux. "Je ne voulais pas utiliser ce mot", se reprend elle, et reformule: "les choses étaient devenues compliquées".

Elle conteste le fait que la séparation soit liée au fait que Brad Pitt souhaitait que la famille adopte un mode de vie plus sédentaire, après des années de déplacements aux quatre coins du monde.

"Ce n'était pas le problème", assure-t-elle. "C'était et cela reste l'une des formidables opportunités que nous pouvons offrir à nos enfants."

"Nous nous remettons tous des événements qui ont mené au divorce", explique l'actrice au sujet de ses enfants, sans plus de précision.

Elle souhaite offrir un visage rassurant à ses enfants en ces temps troublés. "Je pense qu'il est important de pleurer sous la douche et pas devant eux", dit-elle.

Elle assure actuellement la promotion de son cinquième film en tant que réalisatrice "First They Killed My Father", coproduit par la plate-forme de vidéo en ligne Netflix, qui évoque la dictature des Khmers rouges au Cambodge.

ATS