Toute l'actu en bref

Alors que le sentiment antichinois grandit au sein du territoire semi-autonome, de jeunes militants de Hong Kong disent eux vouloir prioriser le futur démocratique de la ville elle-même et non celui de la Chine dans son ensemble.

Keystone/EPA/JEROME FAVRE

(sda-ats)

Des milliers de personnes se sont réunies à Hong Kong pour une veillée dimanche soir afin de marquer les 28 ans de la répression des manifestations démocratiques de la place Tiananmen. Le territoire semi-autonome est le seul en Chine à organiser une commémoration.

La brutale répression par les autorités chinoises des protestations de la place Tiananmen à Pékin avait eu lieu le 4 juin 1989. Elle avait fait des centaines, voire plus d'un millier de morts à Pékin.

Alors que le sentiment antichinois grandit au sein du territoire semi-autonome, de jeunes militants de Hong Kong disent eux vouloir prioriser le futur démocratique de la ville elle-même et non celui de la Chine dans son ensemble.

En 2014, le mouvement dit "des parapluies" avait échoué à obtenir de Pékin la moindre réforme politique. Une nouvelle génération de militants qui réclament l'autonomie voire l'indépendance totale de Hong Kong vis-à-vis de Pékin est née sur les cendres de la révolte.

Dimanche matin, l'administration du président américain Donald Trump a par ailleurs fustigé la Chine sur le dossier des droits de l'Homme exhortant "le gouvernement chinois à respecter les droits universels et les libertés fondamentales de tous ses ressortissants", a écrit le département d'Etat dans un communiqué.

ATS

 Toute l'actu en bref