Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un problème de moteur de la fusée Falcon 9 de la société SpaceX a empêché à la dernière seconde samedi matin le lancement très attendu de sa capsule récupérable Dragon. L'engin aurait dû effectuer le premier vol privé vers la station spatiale internationale (ISS).

La date d'une prochaine tentative paraissait incertaine samedi alors que l'origine du problème restait encore à déterminer. S'il peut être réglé à temps, la prochaine possibilité de tir est mardi 22 mai à 09H44 suisses depuis la base aérienne de Cap Canaveral en Floride, près du Centre Spatial Kennedy. Au-delà du 29 mai, elle devra attendre la mi-juin.

"Ils (les ingénieurs) inspecteront le moteur pour trouver l'origine de ce dysfonctionnement quel qu'il soit et nous publierons un communiqué dès que nous en aurons déterminé la cause", a indiqué la directrice générale de SpaceX, sans exclure la possibilité de remplacer le moteur en question, ce qui prendrait "quelques jours".

Quatrième report

Le vol de Dragon, qui avait déjà été reporté à trois reprises depuis le 7 février, est considéré comme historique puisque qu'il s'agira en cas de succès du premier vaisseau d'une société privée à s'amarrer à l'avant-poste orbital ce qui pourrait marquer le début d'une nouvelle ère dans le transport spatial.

Pour cette première mission de démonstration Dragon doit livrer 521 kilogrammes de fret dont des aliments et des matériels de laboratoire à l'ISS et ramener sur terre 660 kg de déchets et autres vieux équipements.

Navettes à remplacer

La NASA parie lourd sur le succès de SpaceX car elle compte sur le secteur privé avec qui elle a formé des partenariats, pour prendre la relève des trois navettes spatiales dont la dernière a volé en juillet 2011, et transporter dès cette année et à moindre coût du fret à l'ISS, et ultérieurement des astronautes vers 2015.

En attendant, les Etats-Unis dépendent des Soyouz russes pour acheminer leurs astronautes à l'ISS au prix de 63 millions le siège. Pour le fret, ils sont dépendants des vaisseaux automatiques russe Progress, européen ATV et japonais HTV qui ne peuvent pas revenir dans l'atmosphère.

ATS