Toute l'actu en bref

Il a fait se lever Bercy sur son démarrage qui a enrhumé la défense finlandaise lors de la victoire de la France. Antoine Roussel est la star de l'équipe de France, prête à défier la Suisse ce mardi.

L'attaquant des Dallas Stars a fait chavirer la France du hockey sur le 2-1 où, suite à un engagement gagné par l'autre attaquant-vedette de la France, Pierre-Edouard Bellemare, il a réussi une accélération stratosphérique avant de battre le portier finlandais Korpisalo entre les jambières. De la belle ouvrage. "J'ai toujours eu ce coup de patin depuis que je joue au hockey", relève le très véloce attaquant tricolore.

L'équipe de France compte sur ses qualités pour transpercer ce mardi la défense suisse dans ce choc pimenté. "Je ne veux pas dire que c'est déjà déterminant car il restera encore quatre matches ensuite", explique le no 21 français avec un accent... québécois. Il a la particularité d'avoir commencé le hockey en France dans la région parisienne avant de suivre ses parents, qui avaient décidé d'émigrer au Canada alors qu'il avait 15 ans. Il a donc fini son apprentissage du hockey en Amérique du Nord et n'a jamais joué dans un club de l'élite français.

Depuis cinq saisons, Roussel (27 ans) porte les couleurs de Dallas en NHL. Son abattage plaît aux dirigeants texans. "J'ai encore une année de contrat, mais je suis moyennement satisfait. En cinq ans, nous n'avons disputé que deux fois les play-off. Bon, ça tombait bien cette année. Et surtout c'est bien que Nashville soit en séries finales comme ça, Roman Josi n'est pas là et c'est une bonne nouvelle pour nous."

Antoine Roussel n'avait pas terminé le dernier Suisse - France au Championnat du monde. Il avait écopé d'une pénalité de match pour vives contestations à Prague lors de la victoire helvétique 3-1 en 2015. En revanche, il avait disputé tout le match lors de la dernière victoire de la France sur la Suisse au Mondial en 2012 à Helsinki.

En tant que Français n'a-t-il jamais "flirté" avec le hockey helvétique voisin ? "J'ai passé un test comme junior à Genève-Servette mais ils ne m'ont pas retenu. Mais il est vrai que je n'étais pas encore le joueur que je suis devenu. Ce fut une déception parmi tant d'autres dans ma carrière. Mais désormais, c'est oublié." Pas sûr qu'il ne s'en serve pas pour trouver un supplément de motivation afin de battre les Suisses...

ATS

 Toute l'actu en bref