Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Antonio Guterres reste en tête pour devenir secrétaire général

A l'issue d'un cinquième tour de scrutin indicatif et à bulletins secrets au Conseil de sécurité, douze des quinze pays membres ont "encouragé" Antonio Guterres.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

L'ancien Premier ministre portugais Antonio Guterres était toujours en tête lundi des candidats pour succéder en janvier à Ban Ki-moon comme secrétaire général de l'ONU, selon des diplomates. Il conserve le même soutien qu'au tour précédent.

A l'issue d'un cinquième tour de scrutin indicatif et à bulletins secrets au Conseil de sécurité, douze des quinze pays membres ont "encouragé" Antonio Guterres. Deux l'ont "découragé" - c'est-à-dire ont émis un vote défavorable -, et un autre pays était "sans opinion".

M. Guterres devance toujours assez nettement l'ex-ministre serbe des Affaires étrangères Vuk Jeremic (8 pour, 6 contre, un sans opinion) et le chef de la diplomatie slovaque Miroslav Lajcak qui recule d'une place (8/7/0). Ensuite arrivent ex-aequo l'ancien président slovène Danilo Turk (7/7/1) et Susana Malcorra, ministre argentine des Affaires étrangères (7/7/1).

Résultat bulgare décevant

La patronne bulgare de l'Unesco Irina Bokova (6/7/2) est créditée d'une décevante sixième place. Un score qui pourrait hypothéquer ses chances de rester en lice malgré le soutien russe dont elle bénéficie.

La vice-présidente de la Commission européenne Kristalina Georgieva, une autre Bulgare, a en effet laissé entendre jeudi qu'elle pourrait se lancer bientôt dans la course si Mme Bokova est forcée de se retirer. Or, le gouvernement bulgare qui soutient Mme Bokova a déclaré il y a quelques jours qu'il pourrait revoir sa position, si elle "n'est pas première ou deuxième" au scrutin de ce lundi.

Suivent l'ex-Première ministre néo-zélandaise Helen Clark (6/9/0) et Srgjan Kerim, ex-chef de la diplomatie de Macédoine (6/9/0). L'ancienne ministre des Affaires étrangères de Moldavie Natalia Gherman ferme la marche.

Echéance cruciale en vue

C'est la cinquième fois que M. Guterres, ancien Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, âgé de 67 ans, devance les nombreux candidats en lice.

Mais le scrutin suivant, prévu le 5 octobre, sera plus important encore. C'est à cette occasion que les grandes puissances membres permanents du Conseil (Etats-Unis, Russie, France, Royaume-uni, Chine) pourront mettre leur veto à l'un ou l'autre candidat. Cela pourrait changer la donne si Moscou par exemple décide de bloquer M. Guterres.

Le nom du prochain secrétaire général de l'ONU ne devrait être annoncé qu'en octobre au plus tôt. La décision du Conseil devrait ensuite être entérinée par l'assemblée générale de l'ONU.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.