Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Appel au calme après l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi

Le blasphème est une question très sensible au Pakistan, où de simples accusations peuvent déclencher des lynchages (archives).

KEYSTONE/EPA/SHAHZAIB AKBER

(sda-ats)

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a appelé mercredi au respect d'un verdict de la Cour suprême. Celle-ci a acquitté une chrétienne condamnée à mort pour blasphème, provoquant la fureur des islamistes.

Le chef du gouvernement a solennellement appelé ses compatriotes à "ne pas céder" à ceux qui appellent à rejeter ce verdict car ils le font "pour leur propre intérêt politique" et "ne rendent pas service à l'islam", lors d'une intervention télévisée.

Ce langage est celui "des ennemis du Pakistan", a-t-il lancé. "Ne nous forcez pas à agir", a-t-il ajouté à l'adresse de ceux qui "incitent à la violence" dans le pays.

Plus tôt dans la journée, la Cour suprême du Pakistan avait annoncé l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010. Cette décision a provoqué la fureur des milieux religieux islamistes, qui sont immédiatement descendus par milliers dans la rue.

Routes bloquées

Ils ont bloqué des routes en différents endroits du pays, brûlant des pneus et criant des menaces et des slogans hostiles aux juges et à Asia Bibi.

Ils se sont pour la plupart dispersés en fin de journée après avoir annoncé de nouvelles manifestations pour vendredi. Quelques centaines d'entre eux continuaient cependant de bloquer un échangeur autoroutier près d'Islamabad.

"Cette décision envers une blasphématrice n'est pas de bon augure pour le pays", a estimé Maulana Abdul Aziz, imam de la Mosquée rouge, haut lieu de l'islam radical à Islamabad. "C'est une décision extrêmement injuste, cruelle, totalement détestable contre la shariah".

Dès mercredi matin, la capitale avait été placée sous haute sécurité, avec des barrages sur les routes notamment à proximité des quartiers où vivent les magistrats et la communauté diplomatique.

Acquittement total

Mme Bibi, qui se trouve actuellement incarcérée dans une prison à Multan (centre), "a été acquittée de toutes les accusations", avait auparavant déclaré le juge Saqib Nisar lors de l'énoncé du verdict mercredi matin à la Cour suprême. Son avocat avait aussitôt appelé sa cliente au téléphone pour lui annoncer la nouvelle depuis le tribunal.

"Je n'arrive pas à croire ce que j'entends. Je vais sortir ? Ils vont vraiment me laisser sortir ?", a-t-elle dit au téléphone à l'AFP.

"Justice a été rendue, c'est une victoire pour Asia Bibi. Le verdict montre que les pauvres, les minorités et la fraction la plus modeste de la société peuvent obtenir justice dans ce pays en dépit de ses défauts", s'est félicité l'avocat. En pratique, la libération de Mme Bibi pourrait prendre plusieurs jours en raison de procédures administratives, a indiqué l'avocat.

On ignore dans l'immédiat ce qu'il adviendra d'elle après sa sortie de prison alors que sa vie et celle de ses proches pourrait être menacée par des extrémistes.

"C'est un moment merveilleux. Je suis reconnaissante à Dieu d'avoir entendu nos prières", a réagi la fille d'Asia Bibi, Eisham Ashiq, citée depuis Londres par l'ONG catholique Aide à l'Église en détresse (AED) qui l'accueille actuellement, elle et son père Ashiq Masih.

Dispute pour un verre d'eau

"Nous sommes très heureux. Ce sont de magnifiques nouvelles", a déclaré ce dernier. Asia Bibi, mère de famille illettrée, avait été condamnée à la peine capitale à la suite d'une dispute avec des musulmanes au sujet d'un verre d'eau.

Son cas avait eu un retentissement international, attirant l'attention des papes Benoît XVI et François. L'une de ses filles a rencontré ce dernier à deux reprises. Au Pakistan même, l'histoire de cette chrétienne d'origine modeste divise fortement l'opinion.

Le blasphème est un sujet extrêmement sensible dans ce pays très conservateur où l'islam est religion d'Etat. La loi prévoit jusqu'à la peine de mort pour les personnes reconnues coupables d'offense à l'islam.

Des appels à changer cette législation ont souvent donné lieu à des violences et ont été rejetés. Imran Khan, durant la dernière campagne électorale, avait déclaré soutenir inconditionnellement la loi.

"Victoire pour la tolérance"

La Première ministre britannique Theresa May a pour sa part noté mercredi que la libération de Mme Bibi "sera une très bonne nouvelle pour sa famille et tous ceux (...) qui ont fait campagne pour elle".

Amnesty International a pour sa part salué "un verdict qui fera date et une victoire importante pour la tolérance religieuse au Pakistan".

Un ancien gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, qui avait pris la défense d'Asia Bibi, avait été abattu en plein coeur d'Islamabad en 2011 par son propre garde du corps. L'assassin, Mumtaz Qadri, a été pendu début 2016.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.