Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs dizaines de personnalités, dont l'archevêque sud-africain Desmond Tutu, exhortent à "laisser les énergies fossiles dans le sol" et à se mobiliser pour en finir avec "les crimes climatiques". Ils l'expriment dans un appel rendu public jeudi.

Abandonner les énergies fossiles, émettrices de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique, est "la seule issue" à "l''écocide' en cours, (qui) violente l'ensemble des êtres vivants, des écosystèmes et des sociétés, menaçant les droits des générations futures", affirment les signataires.

"Les gouvernements doivent mettre un terme aux subventions qu'ils versent à l'industrie fossile et geler leur extraction en renonçant à exploiter 80% de toutes les réserves de carburant fossile", écrivent-ils dans ce texte publié en ligne à moins de 100 jours de la conférence de l'ONU à Paris sur le climat.

"Agir pour tout changer"

Convaincus que "les multinationales et les gouvernements n'abandonneront pas aisément les profits qu'ils tirent de l'extraction des réserves de charbon, de gaz et de pétrole ou de l'agriculture industrielle globalisée gourmande en énergie fossile", les signataires appellent à "agir pour tout changer".

Selon eux, "le changement climatique est un enjeu comparable" aux "crimes de l'esclavage, du totalitarisme, du colonialisme ou de l'apartheid", auxquels "des femmes et des hommes déterminés ont mis fin". "Nous préparons une insurrection similaire", affirment-ils.

Décennies de libéralisation condamnées

Ils dénoncent "des décennies de libéralisation commerciale et financière (qui) ont affaibli la capacité des Etats à faire face à la crise climatique".

"Depuis plus de vingt ans, les gouvernements négocient mais les émissions de gaz à effet de serre n'ont pas baissé et le climat poursuit sa dérive. Alors que les constats de la communauté scientifique se font plus alarmants, les forces de blocage et de paralysie l'emportent", constatent-ils.

Parmi les signataires figurent aussi Kumi Naidoo, directeur exécutif international de Greenpeace, le philosophe Noam Chomsky, l'envoyé spécial du président François Hollande pour la protection de la planète Nicolas Hulot, l'essayiste Naomi Klein, l'économiste Susan George, la styliste Vivienne Westwood, les écrivains Patrick Chamoiseau et Erri de Luca, l'agronome et essayiste Pierre Rahbi.

ATS