Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des recherches étaient en cours à Paris pour retrouver une policière de la brigade fluviale de la capitale, portée disparue dans la Seine depuis la fin de la matinée.

KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

(sda-ats)

Vendredi, le calme revenait en France et notamment dans les Alpes après le passage de la tempête Eleanor, qui a fait cinq morts en France, ainsi que deux morts en Espagne. Le risque d'avalanches persiste et des crues importantes nécessitent une vigilance particulière.

Dans les gorges du Breda, entre Isère et Savoie, après 24 heures de recherches, un corps a été retrouvé vendredi à la mi-journée, à proximité du lieu de la disparition d'un pompier volontaire de 64 ans. Celui-ci est tombé dans ce torrent déchaîné au cours d'une opération de secours jeudi.

La victime n'a pas encore été formellement identifiée selon le préfet de Savoie, Louis Laugier, pessimiste toutefois sur le sort du pompier. Un autre décès est venu alourdir le bilan de la tempête vendredi: un ouvrier a été tué et un autre gravement blessé à Choisy (Haute-Savoie) sur le chantier de rénovation d'une ferme "fragilisé par la tempête", selon le parquet d'Annecy qui a ouvert une enquête.

Montée des eaux

Deux autres personnes sont toujours portées disparues dans des départements où la tempête a sévi: un octogénaire dans le village de Lucenay-l'Evêque (Saône-et-Loire), que traverse une rivière actuellement en crue; et un Allemand de 70 ans qui a pu être emporté en Haute-Marne par l'Aube. Les eaux y ont aussi monté après d'intenses précipitations.

Des recherches étaient en cours à Paris pour retrouver une policière de la brigade fluviale de la capitale, portée disparue dans la Seine depuis la fin de la matinée. Le fleuve a été placé en vigilance jaune pour les crues.

Depuis mardi soir, une grande partie de la France avait été placée en état d'alerte par Météo-France. Aux vents violents ont succédé des pluies intenses puis un redoux qui a fait fondre la neige et gonfler les cours d'eau. Dans son dernier bulletin, le service de prévision n'a maintenu que quatre départements en vigilance orange pluie-inondations.

Cumuls de pluies impressionnants

Mais de nombreux cours d'eau dans 13 départements restent en vigilance orange "crues" comme l'Ain, la Seine dans la région de Rouen, la Garonne et la Dordogne en Gironde. A Lyon, le Rhône et la Saône sont sortis de leur lit, après la Seine à Rouen jeudi soir.

Les cumuls de pluies ont été impressionnants par endroits. Météo-France a enregistré "50 à 70 litres par mètre carré sur le relief du Jura et des Hautes-Vosges (...) et 130 à 160 litres par mètre carré dans le secteur du Ballon d'Alsace".

Cette 4e tempête de l'hiver avait déjà coûté la vie à trois personnes dans les Alpes: un skieur de 21 ans en Haute-Savoie mercredi, une nonagénaire morte jeudi dans sa maison inondée en Isère et un agriculteur retrouvé jeudi sous une coulée de neige en Savoie.

Risque d'avalanches

Dans les Alpes, le risque d'avalanches n'est plus maximal mais reste "marqué" à "fort", soit de 3 ou 4 sur une échelle de 5. "On appelle à la vigilance extrême: la neige est instable après des pluies en altitude. Le ski hors-piste est très fortement déconseillé", souligne une porte-parole de Val Thorens, plus haute station d'Europe, à 2300 mètres d'altitude.

Les domaines ont rouvert progressivement après d'intenses efforts de sécurisation, comme à Tignes/Val-d'Isère en Savoie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS