Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En 2017, plus de 700'000 Rohingyas ont fui au Bangladesh voisin après une offensive de l'armée birmane (archives).

KEYSTONE/EPA/MONIRUL ALAM

(sda-ats)

Des responsables rohingyas réfugiés au Bangladesh ont appelé mardi les Nations unies à s'assurer que les généraux birmans étaient traduits en justice. Un rapport de l'ONU a accusé lundi l'armée de "génocide" contre la minorité musulmane.

Au terme d'une longue enquête, la Mission d'établissement des faits de l'ONU sur la Birmanie a recommandé lundi de poursuivre plusieurs membres du haut commandement militaire birman pour "génocide", "crimes contre l'humanité" et "crimes de guerre" contre les Rohingyas.

"L'ONU doit s'assurer que la justice s'accomplit", a déclaré à l'AFP le responsable communautaire Abdul Gowffer, joint au téléphone dans les camps de réfugiés du sud du Bangladesh où vivent désormais un million de personnes.

En 2017, plus de 700'000 Rohingyas ont fui au Bangladesh voisin après une offensive de l'armée birmane lancée en représailles d'attaques par des rebelles rohingyas. Malgré les récits concordants rapportés par les réfugiés de massacres, viols et incendies de villages, les autorités birmanes nient en bloc.

"Les commandants doivent faire face à un procès de la Cour pénale internationale" de La Haye, a estimé Abdul Gowffer. Les enquêteurs ont appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à porter la situation en Birmanie devant la Cour pénale internationale ou à créer un tribunal international ad hoc, comme cela avait été le cas pour le Rwanda ou l'ex-Yougoslavie.

"Cela a déjà pris un an pour arriver à cette décision de l'ONU", a relevé Dil Mohammad, un autre leader rohingya du district de Cox's Bazar (sud). "De nombreuses choses doivent être réalisées très rapidement pour que nous puissions retourner sur notre terre dignement et en sécurité", a-t-il dit, en référence à un accord de rapatriement des réfugiés entre Dacca et Naypyidaw, qui est actuellement au point mort.

Le Conseil de Sécurité devait se pencher sur la situation en Birmanie mardi soir à New York.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS