Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après trois jours passés au Brésil, Johann Schneider-Ammann s'est rendu dimanche en mission économique au Chili. Le conseiller fédéral doit visiter la filiale du groupe chimique bâlois Clariant. Lundi, il rencontrera Pablo Longueira, ministre de l'Economie.

Johann Schneider-Ammann aura également un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Alfredo Moreno. Suisse et Chili entretiennent des relations qualifiées de "très bonnes". Les deux pays sont liés par un accord de libre-échange depuis fin 2004.

Le Chili, plus de 16 millions d'âmes, se présente comme une petite économie mais très avancée. Le produit intérieur brut (PIB) par habitant y est le plus élevé d'Amérique latine. L'an passé, ce pays, long et étroit, a enregistré une croissance de 5,3%. Il s'enorgueillit d'être le premier exportateur mondial de cuivre.

Schneider-Ammann à Sao Paulo

Membre de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) depuis 2010, le Chili compte obtenir le statut de pays industrialisé avant la fin de la décennie. Grâce à son économie ouverte, il est à même de jouer le rôle de plate-forme régionale.

Avant de s'envoler vers le Chili, Johann Schneider-Ammann a encore visité samedi la filiale brésilienne du groupe industriel zurichois Sulzer, à Jundiai, non loin de la mégalopole de Sao Paulo. Le chef du Département fédéral de l'économie (DFE) se trouve à la tête d'une délégation d'une vingtaine de représentants de l'économie helvétique ainsi que de deux conseillers d'Etat.

ATS