Toute l'actu en bref

(sda-ats)

Après la vidéo virale venue des Pays-Bas, la Suisse s'est aussi présentée au nouveau président étasunien dans une vidéo de la SRF. Elle y fait l'éloge de la Suisse, de ses montagnes, du suffrage féminin arrivé tardivement et de la Garde suisse.

"Nous avons de grandes, grosses montagnes. Nous ne sommes pas plat, comme les Pays-Bas. Ils sont si plats, c'est un désastre total", entend-on dans la vidéo publiée vendredi par la Télévision suisse alémanique (SRF).

A l'origine, l'idée est venue aux Pays-Bas. Un satiriste de la télévision néerlandaise a présenté son pays au nouveau président américain et termine la vidéo par les mots: "America first, Netherlands second" - "Les États-Unis en premier, les Pays-Bas ensuite".

La vidéo était devenue virale à la mi-Janvier. La Suisse et d'autres pays ont commencé à reprendre l'idée. Les clips des différents pays peuvent être vus sur www.everysecondcounts.eu.

La vidéo suisse a été réalisée par l'équipe de Dominic Deville. Il anime un talk-show de fin de soirée sur la SRF. Vendredi après-midi, la vidéo avait déjà été regardée plus de 450'000 fois sur Youtube.

"Pas de Mexicains"

En plus des montagnes, la vidéo vante les femmes suisses - avec en modèle la James Bond girl Ursula Andress. Puis le commentateur anglais vante dans un style à la Trump le fait que la Suisse n'a pas laissé les femmes voter avant 1971.

La vidéo se veut rassurante pour le président étasunien: "La Suisse est très sure. Il n'y a pas de Mexicains." De plus, la Suisse a la meilleure armée et envoie ses meilleurs combattants au pape, des "vrais dures à cuir" avec du "style".

"Les États-Unis en premier, la Suisse ensuite" demande enfin la Suisse, reprenant la formule des Pays-Bas. Elle ne souhaite même pas l'argent de Trump, puisque "nous l'avons déjà et nous le gardons en sécurité".

https://www.youtube.com/watch?v=reuJ8yVCgSM

ATS

 Toute l'actu en bref