Les mesures systématiques des tremblements de terre ne sont disponibles que depuis quelques décennies. Mais il existe des archives géologiques fossiles: des chercheurs bernois viennent d'en trouver au col du Grimsel.

Les tremblements de terre laissent en effet dans la roche une sorte d'empreinte digitale qui permet aux scientifiques de lire l'activité sismique remontant à des milliers, voire des millions d'années. De telles "archives" sont très utiles pour avoir une idée du risque dans une région donnée, par exemple prévoir la fréquence des forts séismes.

Alfons Berger et Marco Herwegh, de l'Université de Berne, rapportent dans la revue Scientific Reports avoir découvert un site au col du Grimsel contenant des roches dites à structure en cocardes. Il s'agit de pierres qui contiennent des accumulations d'orbicules résultant des effets physico-chimiques des séismes.

Ces structures se forment lorsque par exemple de l'eau bouillante à haute pression s'échappe à travers une fissure dans la croûte terrestre. Des fragments de roche sont propulsés à grande vitesse par le courant d'eau et lorsqu'ils se refroidissent, une fine couche de quartz les enveloppe, a indiqué l'alma mater bernoise lundi dans un communiqué.

A partir de la taille et de la structure de ces boulettes, les scientifiques peuvent déterminer la vitesse du courant d'eau, la taille de la faille et la force du séisme. Le site trouvé au Grimsel se trouve dans une zone hydrothermale et remonte à trois millions d'années.

Les roches concernées se trouvaient à l'époque à deux ou trois kilomètres de profondeur. Tout indique que la séismicité était alors aussi faible qu'actuellement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.