Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La présidente argentine Cristina Kirchner, réélue haut la main il y a un mois et demi, entame samedi un second mandat de quatre ans. La cheffe d'Etat est décidée à maintenir un modèle d'industrialisation et de relance par la consommation, malgré la menace de la crise européenne.

La présidente, âgée de 58 ans, qui porte encore le deuil plus d'un an après la mort de son mari et prédécesseur Nestor Kirchner (2003-2007), doit prononcer samedi à 15h00 (19h00 suisses) un discours devant les chambres réunies en Congrès. Plusieurs de ses homologues latino-américains seront présents.

"Rien ni personne ne pourra nous contraindre à changer de cap", a-t-elle déclaré mercredi. Le gouvernement vient de supprimer une partie des subventions aux secteurs de l'énergie et des transports et de prendre des mesures draconiennes pour lutter contre la fuite des capitaux.

Mme Kirchner a été réélue le 23 octobre avec 54% des voix grâce à une opposition divisée. Son parti a retrouvé dans les chambres une majorité perdue aux législatives de 2009 après un long conflit avec les agriculteurs.

La présidente "entame un second mandat dans une situation politique plus confortable qu'en 2007, mais dans un contexte économique plus difficile", a fait valoir Rosendo Fraga, de l'institut Nueva Mayoria. "La crise mondiale menace ici comme ailleurs", a-t-il ajouté.

ATS