Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après Bülach (ZH), la commune argovienne de Spreitenbach refuse à son tour la tenue du rassemblement "Islam Unity 2012" sur son territoire. Les autorités s'estiment "trompées" par la société de production mandatée par le Conseil central islamique suisse (CCIS), organisateur de l'événement.

Sur le formulaire adressé à la commune, cette entreprise a demandé la mise en location d'une place polyvalente pour un "événement privé organisé sous chapiteau par IMS Zurich", indiquent les autorités mardi. Ces dernières, qui ont accepté la demande dans un premier temps, avaient compris que cette abréviation représentait une école d'informatique à Zurich, portant les mêmes initiales.

Autorisation

"L'exécutif communal se sent trompé par la société de production qui met la tente à disposition du CCIS", explique à l'ats le maire de Spreitenbach, Josef Bütler. Les autorités ont donc dénoncé le contrat de location passé avec cette firme, le rapport de confiance ayant été rompu.

Les manifestations réunissant plus de 1000 personnes nécessitent en outre une autorisation spéciale. Or, le rassemblement du Conseil central islamique, prévu le 25 février, doit accueillir 1800 participants. Aucune demande d'autorisation spéciale n'a pourtant été déposée, selon la commune.

Manifestation de protestation

Les organisateurs ne l'entendent pas de cette oreille. Selon eux, toutes les autorisations nécessaires ont été délivrées et le règlement de la police communale ne prévoit aucune demande d'autorisation spéciale.

Le CCIS maintient donc la tenue d'"Islam Unity" pour l'instant, écrit-il. Si l'autorisation devait lui être retirée, il organisera le même jour à Spreitenbach une manifestation "contre l'islamophobie et le racisme".

ATS