Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Aucune solution pour financer l'augmentation du budget de l'armée n'a encore été trouvée. Eveline Widmer-Schlumpf devra présenter un concept au Conseil fédéral d'ici la fin de l'année. Ueli Maurer soumettra parallèlement une proposition concernant le type d'avion de combat à acheter.

Le gouvernement a donné mercredi ces mandats aux ministres des finances et de la défense. Les avions destinés à remplacer les Tiger devraient être commandés vers 2014, selon les estimations d'Ueli Maurer.

D'après ses déclarations, faites il y a quelques semaines, le Conseil fédéral devrait soumettre cet achat au Parlement dans le cadre du programme d'armement 2012 ou 2013. Les offres des trois fabricants Dassault, Saab et EADS sont valables jusqu'à la fin 2011. Le conseiller fédéral veut négocier une solution avec eux.

Budget augmenté

Rayon finances, le Parlement a décidé lors de la session d'automne d'augmenter dès 2014 le plafond de dépenses pour l'armée à 5 milliards de francs par an, contre 4,1 milliards par an pour la période 2009-2011. Ce futur budget doit couvrir aussi bien le fonctionnement d'une armée à 100'000 militaires que l'achat de 22 avions de combat et les mesures à prendre pour combler les lacunes en équipement.

La majorité bourgeoise s'est ainsi montrée beaucoup plus généreuse que le gouvernement qui prévoyait un budget de 4,4 milliards, 80'000 militaires et le report de l'achat des avions en attendant un financement spécial.

Fortes critiques

Plusieurs ministres ont fait part publiquement de leurs critiques face à la décision du Parlement. Des coupes seront inévitables dans d'autres domaines, comme la formation, la recherche, l'agriculture, l'aide au développement et les infrastructures, ont-ils prévenu. Des modifications de loi pourraient être nécessaires.

Battue au Parlement, la gauche a quant à elle annoncé qu'elle lancera une initiative populaire pour empêcher l'achat de nouveaux avions de combat. Ni la décision des Chambres appelant à relever le plafond des dépenses, ni le ou les programmes d'armement où figurera cette acquisition ne sont en effet soumis au référendum.

ATS