Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le nouveau petit tour de vis dans la loi sur les armes proposé par le Conseil fédéral pour répondre aux exigences du protocole de l'ONU en la matière est plutôt bien accueilli. Si l'UDC est la seule à s'y opposer fermement, les organisations de tireurs sont globalement d'accord sur les buts visés.
Dans sa réponse à la procédure de consultation qui courrait jusqu'à jeudi, la Fédération sportive suisse de tir (FST) dit soutenir la lutte contre la propagation illégale d'armes à feu. Elle précise toutefois que la mise en oeuvre du protocole doit tenir compte de la législation actuelle et de la situation des détenteurs d'armes.
En ce sens, une application aux tireurs sportifs et aux collectionneurs d'armes serait "à côté de la cible", selon la FST. Qui craint que ses membres se voient restreints dans leurs activités, notamment en cas d'introduction d'une nouvelle obligation de traçage voir d'enregistrement des armes. La FST ne soutiendra le projet que si ses remarques sont prises en compte.
Pro TELL, la Société pour un droit libéral sur les armes, accepte pour sa part les modifications légales proposées. Le fait par exemple que l'Office fédéral de la police soit déclaré responsable du traitement des demandes de traçage des armes en relation avec l'étranger ne constitue qu'une précision dans la loi de ce qui se faisait déjà, selon pro TELL.
Douaniers étrangers armésL'organisation constate également que suite à l'ouverture des frontières, il est normal de permettre aux policiers et douaniers étrangers de porter leur arme en Suisse lorsqu'ils sont en mission. Cette modification légale est également soutenue par la Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP), pour qui "la lutte contre le crime doit être rendue plus fluide et plus flexible".
Globalement, les policiers saluent la volonté, via le protocole de l'ONU, de définir une base minimale entre Etats pour lutter contre la fabrication et le trafic illicites d'armes. "La criminalité ne connaît pas de frontières", rappelle la FSFP.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS