Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs milliers de francs ont été versés à la passeuse de Martigny (image symbolique).

ueKEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Une habitante du Valais réalisait des transferts d'argent entre clients suisses et services d'emprunts étrangers douteux. Elle est désormais condamnée, mais d'autres arnaques émergent.

Plusieurs Romands se sont fait arnaquer dans le cadre d'achats sur internet ou de demandes d'emprunt en ligne, selon une information publiée vendredi sur le site internet du journal 20 Minutes. Pour "sécuriser" les transferts d'argent, ceux-ci passaient par des "Money mule", des passeurs d'argent habitant en Suisse, précise à l'ats le procureur général adjoint du canton du Valais, Jean-Pierre Greter.

L'un de ces passeurs, basé à Martigny, est une femme d'origine française. Elle a été condamnée et a, depuis, quitté le pays.

Une victime de cette passeuse, un commerçant romand, lui avait versé 22'000 francs afin d'acquérir un prêt de 300'000 francs. "A l'époque, la personne lésée avait été entendue et une plainte devait être déposée. Nous n'avons encore rien reçu", ajoute le procureur.

D'autres Romands ont également été lésés par elle. Ils achetaient des produits sur anibis.ch, versaient l'argent et ne recevaient rien en retour. Les montants qui tombaient sur son compte étaient rapidement renvoyés à l'étranger.

Une nouvelle affaire semble actuellement émerger: celle d'une banque virtuelle basée au Bénin. "Il n'y a a priori aucun lien entre l'affaire d'emprunt du commerçant romand et celle-là", commente Jean-Pierre Greter. Le Ministère public du canton du Valais n'a encore reçu aucune plainte à ce sujet.

ATS