Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un ex-policier russe soupçonné d'avoir violé et tué 23 femmes en Sibérie Orientale entre 1994 et 1999, a été arrêté après avoir échappé pendant plus de 18 ans à la justice, a indiqué vendredi le Comité d'enquête russe. Son ADN a été retrouvé sur le corps de trois femmes tuées.

Le suspect est un ex-policier d'Angarsk, une petite ville industrielle de Sibérie Orientale. Il avait démissionné de la police en 1998.

"Toutes les victimes - des habitantes d'Angarsk - ont disparu un soir ou une nuit dans des circonstances similaires. Leurs corps ont été découverts dans les forêts près de la ville, au cimetière local ou au bord d'un chemin. La plupart étaient nues et leurs cadavres portaient les traces d'un viol", a précisé le comité, qui est chargé des enquêtes criminelles.

Au cours de l'enquête, la police a prélevé l'ADN de 3500 personnes et interrogé plus d'un millier d'habitants de la région.

ATS