Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'armée nigériane a arrêté le cerveau des attentats qui ont fait au moins 69 morts dans les villes de Jos et Zaria, annonce jeudi le ministère de la Défense. Les attaques n'ont pas été revendiquées, mais portent la marque du groupe djihadiste Boko Haram.

Le suspect a été arrêté en compagnie de deux autres individus à un point de contrôle de Gombe, une ville du Nord-Est, près du bastion de la secte islamiste. Plus de 200 personnes sont mortes au total la semaine dernière dans une série d'attentats à travers le pays.

Les opérations menées ces derniers mois par les armées nigériane, tchadienne et des autres pays voisins ont fortement réduit les territoires contrôlés par Boko Haram et ses capacités. Mais les récentes attaques dans le centre du pays pourraient indiquer que le groupe cherche à déplacer ses actions plus au sud et à l'ouest, vers la capitale fédérale Abuja.

ATS