Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cantonnements de l'armée devraient pouvoir abriter 2000 demandeurs d'asile d'ici la fin de l'année. Le Conseil fédéral a pris connaissance de la situation actuelle. Il veut intensifier la recherche de plus grandes installations pour trouver des solutions durables.

Le gouvernement avait dû intervenir pour pousser le Département de la défense (DDPS), réticent, à proposer des places pour des requérants d'asile. Jusqu'ici, seuls les cantonnements de troupe de Tschorren (BE) et d'Eigenthal (LU) sont exploités. Mais les examens préliminaires sont très avancés pour d'autres logements, selon le DDPS.

Prescriptions

Le nombre requis de 2000 places devrait en principe pouvoir être largement atteint d'ici à la fin 2012. Des limites sont imposées par les prescriptions contre les incendies, qui empêchent d'exploiter au maximum les capacités d'hébergement militaires malgré les mesures qui sont prises en l'occurrence, se justifient les services d'Ueli Maurer.

A côté des cantonnements mis à disposition pour six mois, le Conseil fédéral veut renforcer la recherche de plus grandes installations en vue de trouver des solutions durables. Mais il reconnaît que, dans les conditions légales actuelles, il sera difficile de remplir cet objectif avant des années.

Pour cette raison, le DDPS continuera à mettre à disposition des logements pour six mois.

ATS