Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il arrive de plus en plus fréquemment que les autorités compétentes voient des demandeurs d'asile disparaître de leurs radars. D'une part, ils sont toujours plus nombreux à se retirer d'une procédure en cours. D'autre part, de nombreuses personnes se volatilisent après le refus de leur demande.

Pour la seule année 2008, 1570 personnes ont disparu des statistiques. Soit elles attendaient une décision de première instance soit elles avaient recouru contre celle-ci. Sur 17'496 dossiers classés, cela représente un taux de retraits de 9%.

Cette proportion a continuellement augmenté ces trois dernières années parmi les personnes dont la demande a été refusée. De 9,5% en 2009, elle a passé à 11,7% en 2010 puis à 12,8% pour les onze premiers mois de 2011. Ainsi, un requérant sur 8 a disparu de la circulation l'an passé avant d'être fixé définitivement sur sa requête.

Littéralement volatilisés

Ces dernières années, au lieu de quitter la Suisse, près d'un quart des demandeurs d'asile déboutés a disparu sans laisser de traces, écrivent les deux journaux. Le phénomène a été particulièrement marqué en 2004 et 2008.

Pour les spécialistes du dossier, cela s'explique par le fait que depuis 2004 les requérants frappés d'une décision de non-entrée en matière ne touchent plus d'aide sociale, et que depuis 2008 seule l'aide d'urgence est accordée en cas de décision négative.

Sans-papiers

On ne sait par contre rien des personnes volatilisées, ni si elles sont restées en Suisse ni de quoi elles vivent. Elles deviennent des sans-papiers.

L'Etat se dit impuissant face à la disparition des personnes en cours de procédure. Dans les cas où une décision négative est tombée, il aurait la possibilité de placer les gens en détention en vue du renvoi, pour autant qu'il y ait suffisamment de places.

ATS