Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Office fédéral des migrations (ODM) demande à la société ORS, responsable de l'encadrement de requérants d'asile, de s'expliquer sur des dysfonctionnements rapportés dans la presse par une ex-employée du centre d'hébergement temporaire de Tschorren (BE). L'entreprise rejette toutes les critiques.

Le groupe zurichois ORS est en train d'examiner pour l'ODM les critiques concernant la gestion du centre de Tschorren, indique-t-il dans un communiqué diffusé dimanche après la publication d'un article de la "SonntagsZeitung". La société mandatée par l'ODM réfute toutes les critiques relayées dans l'hebdomadaire alémanique par une ancienne employée de ce centre fermé fin septembre.

Selon le journal, un demandeur d'asile a reçu une décision négative après la fin du délai de recours. Une telle décision entre en force seulement une fois que le requérant en a accusé réception, explique ORS. Si une telle confirmation tarde à être transmise et que par conséquent le délai de recours peut expirer, les offices concernés en auraient eu connaissance, souligne le communiqué.

L'ODM a demandé à ORS de clarifier en détail cette accusation, indique sa porte-parole Gaby Szöllösy, interrogée par l'ats. Si le processus en matière de décision négative "n'a pas été appliqué correctement, cela serait très grave selon nous", dit-elle.

Autres critiques rejetées

Le groupe zurichois rejette aussi les autres critiques: la nourriture était suffisante et saine et les requérants avaient la possibilité de demander des repas végétariens. Il n'y avait pas de "chaos dans la pharmacie" et la distribution des médicaments, avec ou sans ordonnance, était soumise à des règles claires. Enfin, les responsables de l'encadrement donnaient des sous-vêtements au requérants qui en demandaient.

La société ORS a été épinglée le mois dernier pour la gestion du centre d'hébergement d'Eigenthal (LU). Les requérants d'asile n'étaient pas correctement encadrés, selon un rapport de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR), qui critique le manque de surveillance de l'ODM.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS