Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le PS suisse a tenu samedi à Bienne (BE) une ultime assemblée des délégués avant les élections fédérales du 23 octobre. Celles-ci ont figuré au coeur des discussions, ainsi que le programme d'acquisition de 22 avions de combat pour l'armée.

A ce sujet, les délégués du PS ont adopté une résolution destinée à contrer la suppression de la possibilité de référendum sur l'achat de 22 avions de combat d'un coût de 4 milliards de francs. La proposition a été approuvée à l'unanimité. La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey a par ailleurs également dénoncé ce blocage référendaire.

La résolution sera mise en oeuvre en cas de confirmation de l'impossibilité d'organiser un référendum. Elle prévoit le lancement d'une initiative populaire instituant un moratoire de dix ans sur l'achat de tout nouvel avion de combat. Le texte de l'initiative sera déposé le cas échéant le 3 décembre.

Par ailleurs, le parti a approuvé à l'unanimité des quelque 250 délégués présents un document relatif à un nouveau contrat social. Le texte demande notamment que le Conseil fédéral s'engage en faveur d'un impôt européen sur les transactions financières.

Le document exige la création d'un fonds destiné à préserver l'emploi dans les branches dépendantes des exportations. Pour le PS, il convient aussi d'empêcher les abus de la libre circulation grâce à l'application rigoureuse des mesures d'accompagnement.

Dépenses militaires

Dans une allocution prononcée en ouverture de l'assemblée, le président du PS suisse Christian Levrat s'en est pris également à la stratégie antiréférendaire adoptée par la droite pour l'acquisition de nouveaux avions de combat. Il a qualifié la manoeuvre de "hold-up démocratique".

C'est la dernière fois que Micheline Calmy-Rey s'adressait à ses confrères du parti en tant que conseillère fédérale. Les membres du parti ont longuement applaudi la future retraitée qui a dit qu'elle n'abandonnerait pas ses activités au sein de son parti.

ATS