Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Christophe Darbellay a été reconduit sans surprise samedi à la présidence du Parti démocrate-chrétien (PDC) suisse lors de l'assemblée des délégués de sa formation à Colombier (NE). Le président en poste depuis 2006 était le seul candidat à sa succession.

Le président sortant a obtenu 166 suffrages en faveur du renouvellement de son mandat, sur 175 bulletins rentrés. Par ailleurs, l'assemblée des délégués du PDC a recommandé - par 106 voix pour, 47 contre et 7 abstentions - de voter "oui" à la révision de la LAMal en faveur des réseaux de soins, soumise à la votation fédérale du 17 juin.

Les délégués ont préconisé en revanche à l'unanimité le rejet de l'initiative "Accords internationaux: la parole au peuple!" lancée par l'ASIN (Action pour une Suisse indépendante et neutre). Par 103 voix contre 27, ils ont recommandé de dire "non" également à l'initiative "Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement" de l'Association des propriétaires fonciers alémaniques. Ces deux initiatives seront également soumises au peuple suisse le 17 juin.

Autres nominations

Afin d'assister Christophe Darbellay dans sa tâche, les délégués réunis à Colombier ont aussi confirmé les deux vice-présidents à leur poste: il s'agit du conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR) et de la conseillère nationale Ida Glanzmann-Hunkeler (PDC/LU), élus avec des scores similaires à ceux du président.

Le PDC a procédé également à la désignation des sept membres de la présidence (direction) du parti. Parmi ceux-ci, le conseiller aux Etats Urs Schwaller a été reconduit automatiquement au sein de l'instance dirigeante, en sa qualité de chef du groupe parlementaire fédéral.

En prélude à sa réélection, Christophe Darbellay a évoqué dans une allocution les défis qui attendent le PDC. Il a affirmé la nécessité d'élargir la base électorale du parti, lequel célèbrera son 100e anniversaire lors d'une journée de jubilé prévue en octobre à Lucerne.

Sur le plan politique, le président du PDC a affirmé le soutien de son parti à l'activation de la clause de sauvegarde destinée à limiter l'arrivée de travailleurs de l'Union européenne (UE). Le PDC souhaite également rendre solidairement responsables les entreprises suisses qui emploient du personnel au rabais par l'intermédiaire de sous-traitants étrangers.

ATS