Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Brigue - Réuni à Brigue, le PDC a rejeté l'initiative "Pour le renvoi des étrangers criminels". Il s'est en revanche montré favorable au contre-projet. Il recommande également le "non" à l'initiative "Pour des impôts équitables", l'autre texte soumis au peuple le 28 novembre.
Dans la foulée, les délégués ont voté une résolution pour le tourisme. Celle-ci demande une augmentation de 10%, soit 20 millions de francs, des moyens financiers de Suisse Tourisme. Parallèlement, le PDC veut que l'hôtellerie et la gastronomie bénéficient du taux de TVA réduit. Innotour, un programme du Secrétariat d'Etat à l'économie, doit en outre être maintenu.
Promotion d'un tourisme doux et durable, amélioration des conditions cadres pour l'agrotourisme, maintien d'un service public fort pour la desserte des régions de montagne par les transports publics font encore partie des requêtes du parti. Les délégués ont accepté la résolution par 168 voix contre 1 et 2 abstentions.
Le tourisme est le troisième secteur d'exportation de Suisse derrière la chimie et la métallurgie, mais devant l'horlogerie. Elle totalise 150'000 emplois, soit 4,6% de tous les emplois de Suisse, a déclaré Dominique de Buman.
Christophe Darbellay, président du parti, a par ailleurs appelé les délégués de s'engager contre l'initiative de l'UDC pour renvoyer les étrangers criminels. Il y a peu de moyens financiers pour la campagne car les milieux financiers mettent tout pour contrer l'initiative pour des impôts équitables.
Au vote, les délégués ont rejeté l'initiative par 183 voix et une abstention. Il ont plébiscité le contre-projet à l'unanimité. "Nous avons un mot d'ordre clair, maintenant battez-vous", a déclaré M. Darbellay.
L'initiative socialiste "Pour des impôts équitables" n'a pas connu plus de succès que celle de l'UDC. L'assemblée des délégués l'a balayée par 172 voix et 9 abstentions.
Le texte est une atteinte significative aux compétences des cantons, a estimé Maurice Tornay, conseiller d'Etat valaisan. Le système fédéral veut aussi que chaque canton puisse avoir sa propre politique fiscale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS