Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président du PLR Fulvio Pelli s'est montré autocritique samedi à Berne devant l'assemblée des délégués de son parti. Pour lui, le PLR n'a pas réussi à se distancer suffisamment des excès de l'économie. Les délégués recommandent par ailleurs de rejeter les six semaines de vacances et le prix unique du livre.

"Nous avons régulièrement critiqué ces abus", mais le PLR a trop vite accepté la comparaison avec l'étranger pour justifier les excès de salaire, a déclaré le président du PLR. Selon lui, certaines fautes remontent aux années 1990.

Cela a toutefois changé ces dernières années: "En politique étrangère, le parti a adopté une ligne dure mais juste". "Pour la première fois, nos rangs regagnent des électeurs UDC", a-t-il affirmé.

Ce revirement n'a toutefois pas réussi en politique environnementale. Le PLR ne s'est pas montré assez déterminé dans la défense de ses idées. "Nous avons trop louché vers les autres partis et avons même été jusqu'à les rejoindre".

Pas que des erreurs

"Nous avons aussi fait beaucoup de choses correctement", a souligné M.Pelli, pour qui son parti est "l'original libéral". "Profitons, grâce à un profil clair, des problèmes d'une UDC toujours plus extrême". Pour le PLR, il n'existe qu'une seule voie, celle d'un parti populaire libéral. Mais "ces prochaines années, nous devrons faire nos preuves".

Ce n'est que si le PLR atteint à nouveau une part d'électeurs de 20% ces prochaines années qu'il pourra remettre à leur place les ennemis d'une Suisse libérale: "Pour cela, nous devons porter le feu libéral vers les gens de ce pays", estime Fulvio Pelli.

Mots d'ordre

Les plus de 250 délégués ont adopté les mots d'ordre pour les votations fédérales du 11 mars. Ils recommandent le rejet de l'initiative demandant six semaines de vacances pour tous. Sans surprise, ils disent également non au prix unique du livre.

Les mots d'ordre pour les trois autres objets soumis au vote le 11 mars ont été donnés la veille déjà: oui à l'initiative sur l'épargne-logement et à la législation sur les jeux d'argent, non à l'initiative populaire sur les résidences secondaires.

ATS