Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une enquête a été ouverte par la justice belge pour "tentative d'assassinat terroriste" au lendemain de l'attaque contre deux policières, a annoncé dimanche le premier ministre belge Charles Michel (sur la photo), lors d'une conférence de presse organisée à Bruxelles.

KEYSTONE/EPA/STEPHANIE LECOCQ

(sda-ats)

Une enquête a été ouverte par la justice belge pour "tentative d'assassinat terroriste" au lendemain de l'attaque contre deux policières, a annoncé dimanche le premier ministre belge Charles Michel. Aucun élément n'a été donné sur l'identité de l'agresseur.

Cette enquête a été ouverte "compte tenu d'un certain nombre d'éléments apparus immédiatement", a indiqué M. Michel, lors d'une conférence de presse organisée à Bruxelles à l'issue d'une réunion des services de sécurité du pays. Le premier ministre faisait référence au fait que l'assaillant a crié "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand) avant d'être abattu.

L'auteur n'est "pas encore identifié", avait expliqué samedi soir M. Michel. "Mais cela semble être de nouveau une attaque avec une connotation terroriste".

Réuni dès samedi, l'organisme indépendant chargé de l'évaluation de la menace terroriste en Belgique a décidé de maintenir son niveau inchangé. Celui-ci se situe au niveau 3 pour le pays de manière générale (correspondant à une menace "possible et vraisemblable"), sur une échelle en comprenant quatre. Concernant spécifiquement les policiers, ce niveau est maintenu un cran en dessous, à un niveau 2, avec une "vigilance particulière".

Plaies profondes

L'attaque a eu lieu en fin d'après-midi devant l'Hôtel de police de Charleroi (sud de la Belgique). L'agresseur est arrivé aux alentours de 16h00.

"Il a immédiatement sorti une machette du sac de sport qu'il portait et il a porté des coups très violents au visage de deux policières qui se trouvaient de faction en face de l'Hôtel de police en criant 'Allah Akbar'", avait expliqué samedi le porte-parole de la police de Charleroi, David Quinaux, au micro de RTL-TVI.

C'est une troisième policière qui a alors ouvert le feu sur l'assaillant. "Le décès de l'agresseur à la machette est confirmé", avait indiqué la police de Charleroi sur son compte Twitter. "Les deux collègues sont hors de danger", avait-elle précisé.

L'agence Belga avait affirmé samedi que l'une des policières "souffre de plaies profondes à hauteur du visage" et a été hospitalisée. Sa collègue "n'est que très légèrement touchée".

Le premier ministre belge a salué dimanche "le courage exceptionnel des policières qui ont subi cette attaque grave". La police "a fait ce qu'il fallait faire, et a sans doute évité de cette manière une tragédie qui aurait pu être encore plus grande", a-t-il estimé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS