Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le district de Maiwand, où s'est produite l'attaque, est isolé, dans une zone particulièrement exposée à 80 km à l'ouest de Kandahar et à une vingtaine de kilomètres de la limite avec le Helmand.

KEYSTONE/EPA/MUHAMMAD SADIQ

(sda-ats)

Les talibans ont tué des dizaines de soldats afghans jeudi dans l'attaque de leur base dans le sud du pays. Le site a été complètement soufflé. Il s'agit de la troisième attaque de ce type au moins en 48 heures contre des forces gouvernementales.

Selon le ministère de la Défense "plus d'une soixantaine de soldats se trouvaient sur la base" de Chashmo, dans la province de Kandahar. "Quarante-trois ont été tués, neuf blessés et six sont portés disparus", a-t-il ajouté dans un communiqué. Dix assaillants ont également été tués.

Un responsable provincial a cependant avancé un bilan de "50 morts et 20 blessés". Dans un message, les talibans ont revendiqué l'opération, affirmant avoir utilisé "deux Humvee et tué les 60 soldats (présents)".

"Les dernières attaques sont un message clair aux Américains et au gouvernement de Kaboul qui ne nous font pas peur avec leur soi-disant nouvelle stratégie" a indiqué leur porte-parole pour le sud, Qari Yusuf Ahmadi, précisant: "Nous allons continuer". L'armée américaine, qui compte près de 11'000 hommes en Afghanistan, a annoncé le renfort d'au moins 3000 soldats supplémentaires.

Une source locale a estimé sous couvert d'anonymat que les assaillants ont pu bénéficier de complicités à l'intérieur de cette base, modeste et excentrée, les soupçons se portant naturellement sur les "six disparus".

Base entièrement détruite

L'attaque s'est produite à 02h50 (00h20 suisses). "Nous pensons que les assaillants ont utilisé au moins un Humvee (véhicule militaire léger) bourré d'explosifs qu'ils ont déclenché à l'entrée de la base. Nous essayons de vérifier s'il y en avait plusieurs mais, malheureusement il ne reste plus rien du camp. Tout a brûlé" , a précisé à l'AFP le porte-parole du ministère, Dawlat Waziri.

Une source des services de sécurité contactée par l'AFP a assuré pour sa part "qu'un seul Humvee, volé à l'armée" avait été utilisé. Il a explosé à l'entrée de la base.

"Quand ce genre de véhicule est bourré d'explosifs, un seul suffit pour créer d'énormes dégâts. La base a été soufflée, il ne reste rien malgré les murs de protection", a souligné ce responsable. Selon lui les talibans avaient à plusieurs reprises "menacé" cette base récemment.

Le district de Maiwand, où s'est produite l'attaque, est isolé, dans une zone particulièrement exposée à 80 km à l'ouest de Kandahar et à une vingtaine de kilomètres de la limite avec le Helmand, la "province du pavot" dont les talibans contrôlent les deux tiers du territoire.

Des dizaines de morts

Cet attentat est le troisième revendiqué par les talibans en 48 heures contre les forces gouvernementales. Mais les insurgés sont également accusés d'avoir mené jeudi à l'aube un nouveau raid dans la province de Ghazni, au sud de Kaboul, tuant deux policiers dans l'attaque de leur poste, selon le chef de la police provinciale.

Mardi, les talibans avaient déjà attaqué le siège du gouverneur de la province de Ghazni, tuant au moins 25 membres des forces de l'ordre et cinq civils.

Le même jour, une opération d'envergure avait visé un complexe de la police à Gardez, capitale de la province de Paktiya (sud-est). Conduite avec trois véhicules piégés et un commando d'au moins onze assaillants, elle avait duré plus de cinq heures. Le bilan officiel a été établi à plus de 60 morts et 230 blessés, civils et policiers.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS