Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un commando taliban a attaqué vendredi une mosquée chiite de Peshawar lors de la grande prière hebdomadaire. Ces violences ont fait au moins 16 morts et 67 blessés. Elles ont été perpétrées par trois hommes, a indiqué la police.

"Un kamikaze s'est fait exploser à l'entrée de la mosquée, un autre a été abattu par la police et le troisième a été capturé avant d'être tué", a déclaré Nasir Durrani, inspecteur général de la police provinciale. L'attaque a tué 16 civils et blessé 67 autres, dont 8 se trouvent dans un état grave, selon le dernier bilan des autorités.

Peu après l'explosion, de grandes flammes et une épaisse fumée se sont échappées de la mosquée, d'où les gens fuyaient en portant des blessés sur leurs dos. L'assaut a duré environ une heure, selon la police, laquelle s'est ensuite affairée à neutraliser les grenades non explosées sur les lieux et à fouiller les alentours.

L'attaque a été revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), allié d'Al-Qaïda et principal groupe rebelle du pays. Il a déclaré avoir ainsi voulu "venger la mort du docteur Usman", un combattant taliban condamné à mort pour avoir mené une attaque contre l'armée en 2009, et pendu en décembre par les autorités.

"Des traîtres à l'islam"

"Le sang appelle le sang, et nous continuerons à nous venger durement" contre le gouvernement, a ajouté le porte-parole du TTP, Muhammad Khurasani, cité dans un communiqué publié après l'attaque de cette mosquée située à proximité de plusieurs bâtiments gouvernementaux.

Cette attaque survient deux semaines après celle qui a fait 61 morts à Shikarpur (sud) dans une autre mosquée fréquentée par les chiites. Ces derniers sont considérés comme des traîtres à l'islam par les groupes extrémistes sunnites locaux proches d'Al-Qaïda.

Zones tribales

Peshawar, principale ville du nord-ouest du Pakistan, est régulièrement frappée par les attentats. Cette instabilité est nourrie notamment par sa proximité avec les zones tribales frontalières de l'Afghanistan, principaux repaires des rebelles talibans en lutte contre le gouvernement d'Islamabad.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS