Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au moins 17 personnes, dont treize militaires américains de la force de l'OTAN en Afghanistan (ISAF), ont été tuées samedi dans un attentat à la voiture suicide contre un car de la coalition à Kaboul. L'attaque a été revendiquée par les talibans.

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier pour la coalition depuis la mort de 30 militaires américains, dont 25 membres des forces spéciales, dont l'hélicoptère a été abattu mi-août dans la province du Wardak. Selon le ministère afghan de l'Intérieur, trois civils et un policier afghans ont également péri dans l'attentat de Kaboul.

Cette nouvelle attaque dans la capitale, censée être placée sous haute sécurité et où les talibans ont multiplié récemment les opérations audacieuses, est un revers supplémentaire pour le gouvernement afghan et ses alliés de l'OTAN, à trois ans du départ de l'ensemble des troupes de combat de la coalition.

Trois soldats australiens abattus

A ce bilan meurtrier viennent s'ajouter les décès de trois militaires australiens de l'ISAF, abattus samedi par un soldat afghan pour des motifs inconnus dans la province méridionale afghane d'Oruzgan.

Ils étaient des formateurs de l'Armée nationale afghane (ANA). Le tireur, qui a également blessé six autres militaires australiens et un militaire afghan avant d'être abattu, appartenait depuis trois ans à l'ANA.

ATS