Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une attaque contre une école de sages-femmes à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, s'est achevée après sept heures de suspense.

KEYSTONE/EPA/GHULAMULLAH HABIBI

(sda-ats)

Une attaque contre une école de sages-femmes à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, s'est achevée samedi après sept heures de suspense. Les deux assaillants sont morts.

Un automobiliste et deux membres des forces de sécurité ont été tués et sept personnes ont été blessées. Au total, 63 personnes, majoritairement des femmes, ont été évacuées du bâtiment de l'école de sages-femmes, selon le porte-parole de la police du Nangarhar, Ghulam Sanyee Stanikzai.

L'attaque n'a pas été revendiquée, mais un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a assuré que "l'attaque de Jalalabad n'a rien à voir avec nous", laissant supposer qu'elle était conduite par les extrémistes du groupe Etat islamique (EI).

Le porte-parole du gouverneur provincial, Attaullah Khogyani, a confirmé la fin de l'opération, indiquant que trois membres des forces armées comptent parmi les blessés .

M. Khogyani avait indiqué précédemment que "57 personnes", soit la plupart de celles présentes dans le bâtiment, avaient été "mises en sécurité, mais que "dix personnes manquent à l'appel", à propos desquelles les autorités étaient sans nouvelles.

M. Stanikzai en revanche n'a rien évoqué de tel. Il a affirmé que parmi les "otages, certains étaient parvenus à s'échapper par la porte et d'autres ont sauté par les fenêtres", et que "les autres otages ont été libérés par la police".

Les premières photos du bâtiment montraient des fenêtres brisées, des tuiles endommagées par les tirs, mais pas de dégâts considérables.

Centre-ville

La première explosion a retenti vers 11h30 (09h00 en Suisse), suivie d'autres détonations et de tirs. "L'attaque a visé notre centre de formation des sages-femmes", a indiqué le porte-parole du département provincial de la santé, Inamullah Miakhil.

Cette école est située dans le centre-ville de Jalalabad, au coeur d'un quartier qui regroupe de nombreux bâtiments administratifs et d'où s'élevait une fumée noire.

"Après la première explosion j'en ai compté trois autres et j'ai vu trois assaillants s'engouffrer dans l'allée" de l'école, a raconté un témoin, Ehsan Niazi, qui se trouvait au département du travail et des affaires sociales voisin de l'école.

Un autre, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a dit avoir "vu des assaillants qui dispersaient des mines" pour ralentir l'intervention des secours et des forces de l'ordre, et ces dernières les désamorcer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS