Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un attentat-suicide a fait quinze morts jeudi dans une mosquée située à l'intérieur du QG des forces spéciales dans le sud de l'Arabie saoudite. Il a été revendiqué par l'Etat islamique (EI), qui a promis "aux tyrans de la Péninsule arabique" d'autres attaques.

Douze policiers figurent parmi les victimes de l'attentat perpétré à Abha, chef-lieu de la province d'Assir, proche de la frontière avec le Yémen où l'Arabie saoudite dirige une campagne aérienne arabe contre les rebelles chiites.

L'attaque est survenue lors de la prière musulmane de midi. Elle a également fait neuf blessés dont trois ont été grièvement atteints, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Menace de l'EI

Le kamikaze, identifié comme étant Abou Sinan al-Najdi, a réussi à "s'infiltrer" sur le site, où il a "tué et blessé des dizaines" de personnes, affirme de son côté l'EI dans un communiqué mis en ligne par sa branche "Province d'Al-Hijaz".

Le groupe djihadiste sunnite a promis de mener d'autres attaques "dans les prochains jours". L'EI avait revendiqué trois précédents attentats suicide menés en juillet et en mai en Arabie saoudite.

Tentative de déstabilisation

Après s'être rendu sur le lieu de l'attaque à Abha et au chevet des blessés, le gouverneur d'Assir, le prince Fayçal ben Khaled ben Abdel Aziz, a dénoncé un attentat destiné à "déstabiliser le pays et à provoquer la peur chez les citoyens", selon Spa.

Le 16 juillet, deux policiers ont été blessés dans un attentat-suicide à la voiture piégée contre un point de contrôle à Ryad, revendiqué par l'EI. Et en mai, la province orientale du royaume a été secouée par deux attentats-suicide contre des mosquées chiites ayant fait 25 morts. Ceux-ci ont été également revendiqués par l'EI pour qui les chiites sont des "hérétiques".

ATS