Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur du tribunal antiterroriste du Maroc a requis mercredi soir en appel la "confirmation" de la peine de mort prononcée en octobre contre Adil Al-Atmani, le principal accusé de l'attentat de Marrakech. L'attaque contre un café touristique avait fait 17 morts en avril 2011.

Dans son réquisitoire, le procureur a aussi demandé la "confirmation de la peine à perpétuité contre contre Hakim Dah", le le principal complice d'Al-Atmani. Il a aussi requis l'aggravation du verdict prononcé le 28 octobre en première instance contre sept autres accusés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Mercredi, les accusés ont nié catégoriquement les charges retenues contre eux. Les avocats de la partie civile ont pour leur part qualifié de "lâche" cette attitude. La défense des familles de victimes a renouvelé à cette occasion sa demande, comme elle l'avait fait en octobre, de "ne pas condamner le principal accusé à la peine de mort".

Le procès doit se poursuivre jeudi avec les plaidoiries de la défense avant que la Cour ne rende son verdict.

17 morts

En avril 2011, un attentat à la bombe dans le café Argana sur la célèbre place Jamâa El Fna à Marrakech, haut lieu du tourisme marocain, avait fait 17 morts. Il avait été perpétré à l'aide d'un engin explosif actionné à distance.

Quatre touristes résidant au Tessin se trouvaient dans ce café au moment du drame. Deux jeunes hommes, un Suisse et un Portugais, avaient été tués sur le coup. Grièvement blessées, deux jeunes femmes avaient été héliportées en Suisse. L'une d'elles avait succombé à ses blessures dans un hôpital de Zurich. Huit Français et trois Marocains avaient également péri dans l'attaque.

ATS