Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les lumières sont revenues, les impacts de balles ont disparu: trois semaines après les attentats de Paris, A la bonne bière, l'un des bars touchés, a rouvert ses portes vendredi, pour "faire revivre" ce quartier meurtri.

Inscrits à la craie blanche, sur un tableau cerclé de bois habituellement réservé au menu du jour, des mots simples ont accueilli les premiers clients: "Il est temps pour nous de nous retrouver ensemble, unis, et d'avancer pour ne pas oublier".

L'établissement, dans lequel cinq personnes ont été tuées, a "effacé les stigmates de ce cauchemar" et décidé de rouvrir "pour faire revivre le quartier", explique sa gérante, Audrey Bily, sous une forêt de micros et de caméras.

"On est plus forts qu'eux"

"On veut leur montrer qu'on est plus fort qu'eux, donc on veut le faire repartir et on veut refaire vivre ce quartier, rebondir, repartir", a déclaré la gérante Audrey Bily, lors d'un point de presse improvisé devant des médias du monde entier.

La devanture a été refaite, les fleurs, bougies et messages de soutien ont été écartés de la terrasse pour permettre d'y réinstaller les tables et chaises en rotin beige.

"Nous avons effectué quelques travaux, repeint les murs, effacé les stigmates de ce cauchemar. Le café Bonne bière est un lieu de rencontres, d'échanges et de partage. Tel est notre objectif aujourd'hui", a souligné Mme Bily.

La vie reprend

Les habitués, souriants, s'agglutinent déjà autour du zinc pour un expresso matinal, sous l'oeil de nombreuses caméras. Les bruits de machine à café, de tasses qui s'entrechoquent, rappellent le train-train de toute brasserie parisienne.

"C'était quelque chose que je devais faire", selon un client venu boire un café en terrasse sous l'oeil des nombreuses caméras venues filmer la réouverture. "C'était une façon symbolique de dire mon soutien et que j'étais heureux pour eux et pour le quartier que ça reprenne vie aussi rapidement", a dit un autre.

Une banderole sur laquelle on peut lire "Je suis en terrasse" - un détournement du slogan "Je suis Charlie" qui a fleuri après les attentats de janvier, notamment contre Charlie Hebdo - a été déployée au-dessus de l'entrée.

Les gérants d'autres établissements visés, comme le restaurant Le Petit Cambodge et le bar Le Carillon, ont fait savoir qu'ils comptaient reprendre leur activité, mais n'ont pas donné de date précise. Le Bataclan, où 90 personnes ont été tuées, pourrait rouvrir d'ici un an, espèrent ses gestionnaires qui ont répondu cette semaine au journal Le Monde.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS