Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La police italienne a confirmé mardi les contacts entre anarchistes italiens et grecs dans le cadre des attentats à la bombe contre les ambassades suisse et chilienne. Ces attaques ont été sollicitées par les anarchistes grecs auprès de leurs complices italiens.
Les enquêteurs sont par ailleurs convaincus que les engins qui ont été utilisés jeudi dernier contre les représentations suisse et chilienne et celui qui a été trouvé lundi devant celle de la Grèce, et qui n'a pas explosé, ont été fabriqués de manière identique par des membres du même groupe.
La police a forgé sa conviction en examinant les restes des deux bombes ayant explosé et celle demeurée intacte, a indiqué l'agence italien Adnkronos.
Les enquêteurs italiens sont aussi persuadés que les engins ont tous été envoyés d'Italie et que cette vague d'envois est achevée, même si les revendications des anarchistes portent également sur les ambassades du Mexique, d'Espagne et d'Argentine.
Les deux attentats, qui ont fait deux blessés, ont été revendiqués par la Fédération anarchiste informelle (FAI), dans un message retrouvé à l'ambassade du Chili.
"Détruisons ce système de domination. Vive la FAI, vive l'anarchie. FAI, cellule révolutionnaire Lambros Fountas", disait le message. Anarchiste et membre présumé du groupe extrémiste grec Lutte révolutionnaire (EA), Lambros Fountas, 35 ans, a été tué en mars à Athènes lors d'un échange de tirs avec des policiers.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS